ESHAREH – Album Le Miroir Déserté

ESHAREH – Album Le Miroir Déserté

Jazz Fusion and Inspiration

Cd Digital & Cd Physical Limited Edition

Label Plaza Mayor Company Ltd

Was born from two encounters: that between five musicians from different backgrounds but united by the same poetic and musical complicity; and that of two great poets, defenders of courtly love, whom we wanted to bring together despite the centuries that separate them. These poets are Machaut and Aragon. Although seven centuries separate them, their songs, the music of their verses, the spirit of their amorous and chivalrous speech intimately connect them and make them sound so similar.

Aragon never ceased to lay claim to this lineage of medieval poets of which he was a fervent connoisseur. “The last trouvere of modern times”, his poetry resounds like a marvellous echo to the voice of Guillaume de Machaut, “the last trouvere of ancient times”.

From the first medieval crusades, the knights brought back the oriental lyricism of the greatest Persian poets in their luggage. Oriental lyricism gave birth to our fin’amor, courtly love as it was sung by minstrels and trouveres. The art of singing was born. Aragon described and adopted this art so well – it consists in assigning a very definite formal framework to better depict an infinite feeling:

How can we become today’s “transmitters” of this fin’amor lyric, songs of the XIVth and XXth centuries? We have gathered the instruments that were devoted to it, each in its own time: the zarb and other Persian percussion instruments, the medieval flute and voice, the clarinet and electric guitar. 

Esharêh’s first meeting with the five musicians set a challenge: was it possible to bring these different sounds together and put them at the service of the same song? The complicity of the musical proposals, the combination of tones, voices, songs came immediately and surprised us by their unity, their strength and their obviousness. Le Miroir Déserté was born…

JOSE PROMIS – Album “PROMISES »

JOSE PROMIS – Album “PROMISES »

World Pop from LA, Berlin…

Label Plaza Mayor Company Ltd

JOSE PROMIS is a Chilean-American singer-songwriter and composer, son of the well-known Chilean literature professor José Promis.

His eponymous debut album was released in 2005 and revealed that Promis was already influenced by the French chanson method and adult pop music structure, but there was a decidedly lo-fi element to the long player. The second album Promis issued, Promis 2 (2007), uncovered further sonic touchstones which included classical, Gothic, Mediterranean, and Balkan music. In a review of Promis 2, reviewer Leonard Lair remarked of the album, “Promis 2 is too long an album to take in one sitting, but overall, it’s the slower, subtler songs that should ensure Promis has a future beyond the reputation of a showman.”

From 2008 Promis teamed up with British producer Ian Matthews in Los Angeles, who produced the third album Promis III. Matthews would become a musical partner throughout his career. The basic idea for this album was to combine Promis chansons with electronic production, putting Promis’ songs to darker synthesizer sound.

MARIO HOFFMAN & MANOUCHKA MEYER Album “MANOUCHKA” Concert a l’Alhambra Paris 1er Avril 2022

MARIO HOFFMAN & MANOUCHKA MEYERS

Album “MANOUCHKA”

Gypsy time…

En concert le 1er Avril 2022 – L’Alhambra – Paris

Label Plaza Mayor Company Ltd

Cd Digital – Cd Physical

GYPSY TIME….

Un voyage dans l’âme éternelle Tzigane au travers mots et musique.

Un voyage autour d’un monde connu et inconnu.

Mario Hoffman: Grace à son père, dès son plus jeune âge il se familiarise

Avec les accords, du célèbre guitariste, DJANGO REINHARDT.

Sa maman chante, et il l’accompagne souvent très jeune

Aux terrasses des cafés.

Mario, c’est un artiste singulier, autodidacte.

Aujourd’hui il se dit que le moment est venu de chanter dans la les langues de ses origines, C’est une véritable renaissance qui s’offre à lui.

Manouchka Meyer : Pendant son adolescence , Manouchka vivait dans un HLM  en région parisienne

Souvent le soir quand elle promenait son chien , elle allez rendre visite aux gens du voyage , alors elle découvre autour de leur feu de camp , les premiers accords

De musique tzigane .

01 – Choun Man – 03:53
02 – Latcho drom – 03:47

03 – Pushka – 04:04

04 – Chpilo Gaiga – 07:16

05 – Diklo Weiss – 04:18

06- Ethmol – 02:55

07 – Manouchka – 05:26

08 – N’im Mur Léva – 03:15
09 – Narta an trin dives – 03 :31

BOB TINKER & FRIENDS

Album “JAZZ AROUND THE PERCHE”

BOB TINKER & FRIENDS

Album “JAZZ AROUND THE PERCHE”

Label Plaza Mayor Company Ltd

Gauloises, frenchies ….and Jazz Around the Perche

After growing in Kent, which can be seen as the British equivalent to French Perche – some very green bush with hills, horseshit and a seashore not too far – Bob Tinker has been teaching in Southtampton and Truro. This is what Frenchies call eating your brown bread after you’ve had the white one. Especially when you think Bob has also lived in Hong Kong and Japan, just like any MI 6 agent, blowing his horn happily before he ended up in that rural area, smoking frogs, eating Gauloises and swallowing red burgundy like beer while hosting  thunderous cats in his jazz venue, but always with empathic class.

An enthusiastic be-and post-bop fan, Bob has imagine this release around some cool and hot Miles repertoire, as well as stuff from other relevant players in that exciting idiom that survived many generations, before and after hip hop.

The quartet and quintet line-ups he gathered are accomplishing that tribute purpose with some timeless elegance. Produced by basssit Jose Fallot, the album gently spreads over and further post war jazz by bluing the notes and our ears with tasty harmonies and explosive or retained swing. If jazz consists in always renewing our perception of famous tunes, here is some rewriting of pages we could have thought they had said everything. It’s a whole gallery of our imaginary musical museum that is exposed from track to track, but without any stone graving, better with the contemporary lightning of a Pei pyramid like in that city not far from Perche they call Paris

Line up: Bob Tinker (tp, fr.h), Bruno Pilloix (sx), Jean-Jacques Ruhlmann (sx), Ivan Chavez (elg), Olivier Hutman (k), José Fallot (elb), Eric Capitaine (dms), Etienne Brachet (dms).

  • 01 – Freddie The Freeloader
  • 02 – Boby And Soul
  • 03 – On Green Dolphin Street
  • 04 – Flamenco Sketches
  • 05 – I Mean You
  • 06 – My Funny Valentine
  • 07 – Footprints
  • 08 – When Sunny Gets Blues
  • 09 – Little Sun Flower
  • 10 – Yarbird Suite
  • 11 – Duet Improt BJ

BLUE EYES – OCCHI BLU

(Original Motion Picture Soundtrack)

BLUE EYES – OCCHI BLU

(Original Motion Picture Soundtrack)

Director Michela Cescon

Music by Andrea Farri

Featuring Paolo Fresu & Luigi Piovano

Label Plaza Mayor Company Ltd

Tormina Festival Italy – Uk Cinema …………

A lone robber, riding a different maxi scooter each time, robs one bank and a jewelry store after another, squeaking at great speed through the folds of Rome, between its ancient beauties and its urban archaeologists, always managing to sow its pursuers and finally vanish into nothingness.

The case is in the hands of a Roman commissioner, true and cynical who, failing to get to the head of it, asks for help from a friend of his Parisians, called the French, a former commissioner famous for his psychological insight and for resolving dozens of impossible cases. Everyone except for the death of their daughter, whose anniversary she returns to the city every year. He will discover the identity of the robber, a person who is as unsuspected as he is of great intelligence, with whom he engages in a challenge with unpredictable consequences.

Statement By Michela Cescon, Director

        “Blue Eyes” experiments with genre in this personal rendition and tribute to the French Polar film. It is light on dialogue, heavy on atmosphere, with melancholy, romantic characters: two police chiefs, one robber, a scooter, a young mechanic… and the city. Rome and the waves of traffic coursing through its streets and the solitary, empty nights between Rome’s Pyramid, white as the moon, and the Coliseum at dawn keeping watch over challenges and revenge.

        There are no landscape shots. Each frame tells the story through the emotions they elicit. Indoor shots are minimalist. The architecture furnishes the places, playing with space and light. Much is understood about each character as they move through these intentionally empty spaces. The film was shot in wide-angle – typical of this genre – using CinemaScope, which provides depth and makes it necessary to choose certain points of view. In “Blue Eyes” we don’t need to see everything, just what helps create the story. Cinema is also about what you choose not to show. The photography is so “material” – emphasizing contrasts, details and distances – you can almost touch it.

Right from the beginning, the robber and her city are accompanied by the sound of a trumpet playing. The music, like all the sounds in the film, is very important, it moves the story forward, narrates, acts as a bridge for emotions. Then it stops, it’s gone, just like the robber, and as we await the ending, we are immersed in the smoky atmospheres of jazz and summer dreams to the sounds of swing.

        Genre films need talent because they follow the rules and techniques specific to filmmaking. A lot of talent went into the making of this film, from the actresses and actors Valeria Golino, Jean-Hugues Anglade and Ivano De Matteo, to Director of Photography Matteo Cocco, to composer Andrea Farri and his extraordinary soloists Paolo Fresu and Luigi Piovano, to Esmè Sciaroni, Grazia Materia, Fabrizio Nanni, Luca Servino and Filippo Porcari. All of them were asked to think of this film as a game, with the most serious attitude possible, and gracefully employ a style somewhere between a detective film and noir in order to understand the world and say something about ourselves.

MARIO HOFFMAN & MANOUCHKA MEYER

Album “MANOUCHKA”

Gypsy time…

GYPSY TIME….

A journey into the eternal Gypsy soul through words and music.

A journey around a known and unknown world.

Mario Hoffman: Thanks to his father, from an early age he became acquainted

With the chords, the famous guitarist, DJANGO REINHARDT.

His mother sings, and he often accompanies her at a very young age

On the terraces of the cafes.

Mario is a singular artist, self-taught.

Today he tells himself that the time has come to sing in the languages of his origins, it is a real renaissance that is offered to him.

Manouchka Meyer: During his adolescence, Manouchka lived in a low-rent housing in the Paris region

Often in the evening when she walked her dog, she went to visit the travelers, so she discovered around their campfire, the first chords

Gypsy music.

Compositeur : Mario Hoffman

Auteurs : Mario Hoffman, Pascale Meyer

Arrangeur : Mario Hoffman

Arrangeur du titre Manouchka : Igor Rover

Drums : Jean Phillipe Motte

Violon : Nadine Collon , Iréne Ficher

Violoncelle : Mathilde Sternat

Contrebasse : Jean Marc Dauvergne

Accordeon : Laurent Derache

Clarinette : Sylvain Hamel

Guitare : Mario Hoffman

01 – Choun Man – 03:53
02 – Latcho drom – 03:47

03 – Pushka – 04:04

04 – Chpilo Gaiga – 07:16

05 – Diklo Weiss – 04:18

06- Ethmol – 02:55

07 – Manouchka – 05:26

08 – N’im Mur Léva – 03:15
09 – Narta an trin dives – 03 :31

Jose Fallot – Album “Another Romantic #4”

A new Jazz Romantic signature…

Jose Fallot – Album “Another Romantic #4”

A new Jazz Romantic signature…

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard-Sony Music

Plutôt qu’un amoureux romantique de plus, José Fallot m’est toujours apparu comme un dur.

Dur et patient comme un félin, un varan qui aurait des feulements lyrique, une hydre à dix casquettes, une panthère, une libellule. Capable d’épauler l’un et l’autre à droite, à gauche, de leur procurer de l’emploi sur des grilles standard ou maison dans ses programmations aux formations multiples. Ou de leur offrir en taulier des lignes et des masses sonores plus exigeantes, conçues la nuit à la torche Wonder dans sa cave, tout en skypant des patrons de clubs. 

Qu’il soit ou non largement reconnu pour cela est superflu, qu’il vénère Abba, les Beatles, Miles ou Coltrane, totalement indifférent. Qu’il soit un enfant de Steps plus que de Weather, d’Ellington, de Petrucciani ou de Smith et Wesson, quelle importance? Trop efficace et trop modeste pour briller, ce type est un music lover, un connaisseur et un aficionado, je ne vois pas que conclure d’autre à l’écoute de ce nouvel opus. Accessoirement, un passionné des fréquences basses, voire un compositeur sérieux et un variant réjouissant du hipster morne et abscons pour cercles confinés. Bonheur rare dont il ne faudra pas manquer les apparitions lors de la réanimation générale des scènes et des caves. Abstraction faite si possible des préjugés encore en cours dans certains systèmes auditifs locaux et de la configuration rigide des doigts de pied qui s’y attachent, si ces notions se révèlent maintenues dans le monde d’après.

Bernard Ivain

Un éternel romantique nous revient avec un 4e opus. Une belle série jazz de sonorités fraiches et un vrai amoureux que nous reconnaissons avec plaisir en temps de franches inquiétudes. Le jazz de Jose Fallot, se chante, se balance et se murmure comme un parfum d’avant l’été, comme un regard nonchalant. C’est un amoureux éperdu de larges espaces et de montagnes et sa musique est un champ joyeux jamais ennuyeux. Jazz et solos se succèdent indéfiniment mais ici les solos répétitifs ont laissés la place une intelligente forme astrale d’instruments a vents et de basses romantiques.

Jazz oui, mais un jazz diffèrent, heureux et pétillants comme un deconfine qui retrouve sa première terrasse. Un premier cafe, un premier regard… un premier rendez vous amoureux…. Et nous somme au 4e rendez-vous amoureux !!!

Hellen Page

  • 01 – Minor Circle
  • 02 – Sides
  • 03 – The Way
  • 04 – Joyeux Rameur
  • 05 – Annecity Blues
  • 06 – Escape
  • 07 – Blues in 8 to 12
  • 08 – Arsenic Blues
  • 09 – What’s Your Game
  • 10 – The Way They Show Us
  • 11 – When I’m 64

Jean-Paul Daroux project- Album « Change ør nø Change »

      Le pianiste Jean-Paul Daroux signe son 4ème album « Change ør nø Change », la suite très attendue du précédent CD « la légende des 7 sages ». Le thème des sujets abordés ne pouvait qu’aiguiser notre inspiration , la nature, la faune et la préservation de ce qui reste à sauver. Malgré les confinements et ses conséquences notre motivation s’en est sortie grandie . C’est une véritable note d’espoir qui sonne comme un chant venu du coeur.

      La musique aux multiples facettes nous plonge dans un univers poétique et narratif.

Une réussite du mélange des genres aux confins de la pop du jazz et du classique. Les mélodies sont belles et envoûtantes, les sonorités tantôt suaves tantôt sauvages nous transportent vers un ailleurs. La contrebasse jouée à l’archet donne une dimension orchestrale et polyphonique, le piano caresse, percute et vibre sur toute sa tessiture, la batterie fougueuse virevolte, gronde et nous invite à la danse.

 « Change ør nø Change »  Un album plus vrai que nature,  un chant venu du coeur pour notre futur !…….

Quoi de plus Pop, Quoi de plus Jazz… Exercice de mots en équilibriste et pourtant définir un Jean Paul Daroux entre un romantique des temps moderne et un pianiste agrippe a son clavier. Des solos, des mélodies… tous les ingrédients d’un bon jazz calibres sont las. Mais voila que Jean Paul Daroux a d’autres idées en tête comme des coda mémorables, comme des thèmes originaux, comme des titres enchanteurs…

L’imagination ne repose pas automatiquement sur de sempiternelles gammes. Juste un regard nouveau, juste un mot pour fantasmer sur les ours polaires et les aurores boréales, et le tout peut changer un platonique album en un phénome de superbes et de beautés. Les beautés simples d’une nature que l’on apprend a écouter. Les beautés simples d’accords qui unissent les corps et défont les méandres des esprits malfaisants. Jean Paul Daroux dans son Change or No Change a réunis tous ces allers et retours complexes de la vie pour en faire une œuvre simple et limpide comme un ruisseau de notes.

Hellen Page

Les titres : « Change ør nø Change », « Les ours polaires ne regardent plus les aurores boréales », « Le sacre du Pangolin », « Un matin de canicule sur Oxford street », « Le corridor sans fin »,  « Le ballet des méduses », « Un indicible bonheur », « Escapade sous la lune rousse »…

Enregistré au studio 26 Antibes en novembre 2019 et juillet 2020

Ingénieur du son Fréderic Bétin

Mixage Medusa Prod Alex Serieis

Mastering Vox Pro François Fanelli

Design graphisme Nicolas Redeyoff

Accord et préparation piano Karl Jess

Label & Publishing Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd

& The Orchard – Sony Music

Amazon et la publication d’une tribune

Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

avatar
Emmanuelle Daviet
franceinfo
Radio France
Mis à jour le 21/11/2020 | 12:30
publié le 21/11/2020 | 12:30

Partager
Twitter
Envoyer
LA NEWSLETTER ACTU
Nous la préparons pour vous chaque matin
Votre email
France Télévisions utilise votre adresse email afin de vous adresser des newsletters. Pour exercer vos droits, contactez-nous. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada.Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada. (DAVID BECKER / AFP)
Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

Emmanuelle Daviet : Quelle est la ligne éditoriale de franceinfo pour publier une tribune ?

Matthieu Mondoloni : Il s’agit de savoir si une tribune est pertinente éditorialement. C’est-à-dire que nous, ce qui nous intéresse, c’est : est-ce qu’elle participe à un débat qui est dans l’air du temps, et auquel nous-mêmes nous consacrons un certain nombre de sujets. Cette tribune est un éclairage, elle ne reflète évidemment jamais la position de franceinfo, puisque nous sommes dans une position de neutralité habituelle, fidèles à la ligne éditoriale de notre chaîne. Mais c’est vraiment la pertinence éditoriale de cette tribune qui va retenir notre attention.

C’est le cas effectivement de cette tribune co-signée par 120 personnes, 120 organismes, sur Amazon. On a choisi de la publier parce que je le répète, elle nous semblait dans l’air du temps, dans un débat qui est en train de monter. On voit encore que, dans les jours qui ont suivi la publication de cette tribune, cela a fait débat, ça a fait réagir Amazon, mais aussi les autres grands distributeurs, la grande distribution de façon générale, mais aussi les petits commerçants. C’est la ligne qui nous conduit à publier, ou non, une tribune. On n’en fait pas énormément d’ailleurs, si vous regardez sur le site de franceinfo.fr, il n’y en a pas tant que ça. Mais c’est vraiment ce qui définit pour nous, la nécessité ou pas, l’acceptation ou pas de publier cette tribune, c’est le point de vue éditorial qui nous semble pertinent.

Emmanuelle Daviet : Comment s’opère la sélection ? Qui décide ? Est-ce que ce sont des signataires qui viennent vous trouver ?

Matthieu Mondoloni : Oui effectivement. Généralement, ce sont des tribunes, et là pour le coup, on en reçoit beaucoup plus qu’on en publie. Mais ce sont des signataires qui nous envoient les tribunes par mail, qui s’adressent en général à la direction de la rédaction. Pour celle d’Amazon, c’est moi qui ai eu la première version qui m’a été envoyée. Donc, on lit attentivement ce que contient le texte de cette tribune, pour savoir si cela s’insère dans une logique éditoriale qui est la nôtre, si cela va faire débat, si ça peut faire réagir. Et on regarde évidemment qui signe cette tribune ; est-ce que ce sont des gens qui représentent aujourd’hui quelque chose. On ne va pas publier une tribune qui est signée par cinq personnes, dont personne n’a jamais entendu parler.

Mais là en l’occurrence, ce qui nous semblait intéressant, au-delà des signataires habituels de ce genre de tribune anti-amazon, c’est que c’était plus largement relayé par des libraires, par des petits commerçants, qui eux aussi, avaient apposé la signature en-dessous de cette tribune. On s’est dit que là, effectivement, il y avait une logique éditoriale à la publier, à la mettre en avant. Mais on a aussi publié des tribunes en faveur de l’apprentissage des jeunes, on a publié des tribunes du syndicat de la magistrature, dans le débat qui était celui qui l’opposait à Eric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux. On a publié une tribune sur l’Union des Gauches, les partis de gauche qui appelaient à se fédérer pour la prochaine élection présidentielle.

Ce ne sont pas pour nous des choix partisans. Ce sont évidemment des tribunes partisanes, c’est une évidence, mais c’est pour cela qu’on appelle ça “tribune”. On n’ouvre pas l’antenne, on n’ouvre pas le site internet à n’importe qui, uniquement à des gens qui ont quelque chose à dire, pour, derrière, pouvoir faire réagir les adversaires, les opposants. On se sert de cette tribune pour susciter le débat.

Vous avez indiqué que vous recevez plus de tribunes que vous n’en publiez. Alors précisément, quel type de tribune refusez-vous de publier, hormis celles qui sont signées par des personnes inconnues ?

Des tribunes qui franchissent, ce que je vais appeler moi, “la ligne rouge éditoriale de franceinfo”. Il y a des propos que nous ne relayons pas, que ce soit dans les reportages que nous réalisons, dans les invités que nous avons en studio, des propos qui peuvent être discriminants, propos racistes évidemment, xénophobes etc. Nous ne les retenons pas, nous expliquons aux personnes qui nous les envoient pourquoi elles ne seront pas retenues. Mais je le répète encore une fois, on en publie très, très peu finalement sur le site de franceinfo. Je faisais tout à l’heure le catalogue, dans les derniers mois, on a dû en publier cinq ou six, et même sur l’année écoulée.

EHA – Album Paris Rio New York

EHA – Album Paris Rio New York

Label Plaza Mayor Company Ltd

UNE MUSIQUE SANS FRONTIERES, UN ALBUM QUI TRANSCENDE LES GENRES ‘

Dans la course aux étoiles j’ai nommé EHA, un parcours original, symbolique des mondes qui nous entourent. Puissant, énergique et vivifiant comme une claque aux mauvaises pensées. Les cuivres qui pourraient n’être qu’un souvenir d’enfance, reviennent et on ne s’en lasse pas. Du jazz et pas que… EHA développe un tour du monde de musiques et de musiciens talentueux. Cacau de Queiroz, Philippe Coignet, Michel Alibo, Damien Schmitt, Mike Stern, Minimo Gary, Juan Manuel Forero, Mario Contreras, Andy Narrel, Rubinho Antunes, Sulaiman Hakim, Lionel Segui.

Un album envole porte par la guitare magique de Philippe Coignet, un orfèvre qui s’est entoure d’un tour du monde des talents. Mike Stern est venu soutenir ce projet.
Il y a du merveilleux, de l’incandescent et de la décence dans cette respiration inattendue. Dans notre monde asphyxie, il y a quelques étoiles qui se mettent à scintiller. Des perles de nuits, des perles d’envies de changements, de puissances d’arc en ciel de bonheur. On se perdra volontairement dans les chemins sonores qu’emprunte EHA, un mélange de couleur et de passions. Nous avons besoin de ce tourbillon de sons pour réveiller notre imaginaire, EHA l’a fait. Nous avons besoin de plus de tout, d’amour, de dimensions, de visions et EHA l’a conduit.
Ouvrez vos âmes et vos oreilles a ce flux impétueux.
Hellen Page

Pour le troisième album d’EHA, groupe très représentatif de la scène multi-culturelle du Paris des années 2000, le guitariste et compositeur Philippe Coignet a réuni un line up international et exceptionnel : Mike Stern (USA, guitare), Cacau de Queiroz ( Brésil, saxophones et flute), Minino Garay (Argentine, percussions), Michel Alibo (Martinique, basse), Andy Narell (USA, steel pans), Leandro Aconcha (Suisse, claviers), Damien Schmitt (France, batterie), Mario Contreras (Chili, percussions, tiplé), Juan Manuel Forero (Colombie, percussions, voix), Lionel Segui (France, trombone, tuba), Sulaiman Hakim (USA, sax), Rubinho Antunes (Brésil, trompette)

Paris Rio New York est la fusion parfaitement réussie entre World Music, Jazz et Funk, sons électriques et acoustiques, on peut parier qu’une partie des titres de cet album deviendront des standards

‘ PUISSANT, INVENTIF ET SIMPLEMENT BEAU, LE MEILLEUR DU WORLD JAZZ … EXPLOSIF ! ‘

Titres

  • 01 – 1984 – Fanfare
  • 02 – Mars
  • 03 – Missie Didie
  • 04 – Nuits Magnetiques
  • 05 – 1984 – Funky cover
  • 06 – 2 Stars in my Skies
  • 07 – Celeste A
  • 08 – Toronto Layover
  • 09 – Dudatjo
  • 10 – Plain Dance
  • 11 – Queen of my Nights