Jose Fallot – Album “Another Romantic #4”

A new Jazz Romantic signature…

Jose Fallot – Album “Another Romantic #4”

A new Jazz Romantic signature…

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard-Sony Music

Plutôt qu’un amoureux romantique de plus, José Fallot m’est toujours apparu comme un dur.

Dur et patient comme un félin, un varan qui aurait des feulements lyrique, une hydre à dix casquettes, une panthère, une libellule. Capable d’épauler l’un et l’autre à droite, à gauche, de leur procurer de l’emploi sur des grilles standard ou maison dans ses programmations aux formations multiples. Ou de leur offrir en taulier des lignes et des masses sonores plus exigeantes, conçues la nuit à la torche Wonder dans sa cave, tout en skypant des patrons de clubs. 

Qu’il soit ou non largement reconnu pour cela est superflu, qu’il vénère Abba, les Beatles, Miles ou Coltrane, totalement indifférent. Qu’il soit un enfant de Steps plus que de Weather, d’Ellington, de Petrucciani ou de Smith et Wesson, quelle importance? Trop efficace et trop modeste pour briller, ce type est un music lover, un connaisseur et un aficionado, je ne vois pas que conclure d’autre à l’écoute de ce nouvel opus. Accessoirement, un passionné des fréquences basses, voire un compositeur sérieux et un variant réjouissant du hipster morne et abscons pour cercles confinés. Bonheur rare dont il ne faudra pas manquer les apparitions lors de la réanimation générale des scènes et des caves. Abstraction faite si possible des préjugés encore en cours dans certains systèmes auditifs locaux et de la configuration rigide des doigts de pied qui s’y attachent, si ces notions se révèlent maintenues dans le monde d’après.

Bernard Ivain

Un éternel romantique nous revient avec un 4e opus. Une belle série jazz de sonorités fraiches et un vrai amoureux que nous reconnaissons avec plaisir en temps de franches inquiétudes. Le jazz de Jose Fallot, se chante, se balance et se murmure comme un parfum d’avant l’été, comme un regard nonchalant. C’est un amoureux éperdu de larges espaces et de montagnes et sa musique est un champ joyeux jamais ennuyeux. Jazz et solos se succèdent indéfiniment mais ici les solos répétitifs ont laissés la place une intelligente forme astrale d’instruments a vents et de basses romantiques.

Jazz oui, mais un jazz diffèrent, heureux et pétillants comme un deconfine qui retrouve sa première terrasse. Un premier cafe, un premier regard… un premier rendez vous amoureux…. Et nous somme au 4e rendez-vous amoureux !!!

Hellen Page

  • 01 – Minor Circle
  • 02 – Sides
  • 03 – The Way
  • 04 – Joyeux Rameur
  • 05 – Annecity Blues
  • 06 – Escape
  • 07 – Blues in 8 to 12
  • 08 – Arsenic Blues
  • 09 – What’s Your Game
  • 10 – The Way They Show Us
  • 11 – When I’m 64

Jean-Paul Daroux project- Album « Change ør nø Change »

      Le pianiste Jean-Paul Daroux signe son 4ème album « Change ør nø Change », la suite très attendue du précédent CD « la légende des 7 sages ». Le thème des sujets abordés ne pouvait qu’aiguiser notre inspiration , la nature, la faune et la préservation de ce qui reste à sauver. Malgré les confinements et ses conséquences notre motivation s’en est sortie grandie . C’est une véritable note d’espoir qui sonne comme un chant venu du coeur.

      La musique aux multiples facettes nous plonge dans un univers poétique et narratif.

Une réussite du mélange des genres aux confins de la pop du jazz et du classique. Les mélodies sont belles et envoûtantes, les sonorités tantôt suaves tantôt sauvages nous transportent vers un ailleurs. La contrebasse jouée à l’archet donne une dimension orchestrale et polyphonique, le piano caresse, percute et vibre sur toute sa tessiture, la batterie fougueuse virevolte, gronde et nous invite à la danse.

 « Change ør nø Change »  Un album plus vrai que nature,  un chant venu du coeur pour notre futur !…….

Quoi de plus Pop, Quoi de plus Jazz… Exercice de mots en équilibriste et pourtant définir un Jean Paul Daroux entre un romantique des temps moderne et un pianiste agrippe a son clavier. Des solos, des mélodies… tous les ingrédients d’un bon jazz calibres sont las. Mais voila que Jean Paul Daroux a d’autres idées en tête comme des coda mémorables, comme des thèmes originaux, comme des titres enchanteurs…

L’imagination ne repose pas automatiquement sur de sempiternelles gammes. Juste un regard nouveau, juste un mot pour fantasmer sur les ours polaires et les aurores boréales, et le tout peut changer un platonique album en un phénome de superbes et de beautés. Les beautés simples d’une nature que l’on apprend a écouter. Les beautés simples d’accords qui unissent les corps et défont les méandres des esprits malfaisants. Jean Paul Daroux dans son Change or No Change a réunis tous ces allers et retours complexes de la vie pour en faire une œuvre simple et limpide comme un ruisseau de notes.

Hellen Page

Les titres : « Change ør nø Change », « Les ours polaires ne regardent plus les aurores boréales », « Le sacre du Pangolin », « Un matin de canicule sur Oxford street », « Le corridor sans fin »,  « Le ballet des méduses », « Un indicible bonheur », « Escapade sous la lune rousse »…

Enregistré au studio 26 Antibes en novembre 2019 et juillet 2020

Ingénieur du son Fréderic Bétin

Mixage Medusa Prod Alex Serieis

Mastering Vox Pro François Fanelli

Design graphisme Nicolas Redeyoff

Accord et préparation piano Karl Jess

Label & Publishing Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd

& The Orchard – Sony Music

Amazon et la publication d’une tribune

Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

avatar
Emmanuelle Daviet
franceinfo
Radio France
Mis à jour le 21/11/2020 | 12:30
publié le 21/11/2020 | 12:30

Partager
Twitter
Envoyer
LA NEWSLETTER ACTU
Nous la préparons pour vous chaque matin
Votre email
France Télévisions utilise votre adresse email afin de vous adresser des newsletters. Pour exercer vos droits, contactez-nous. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada.Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada. (DAVID BECKER / AFP)
Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

Emmanuelle Daviet : Quelle est la ligne éditoriale de franceinfo pour publier une tribune ?

Matthieu Mondoloni : Il s’agit de savoir si une tribune est pertinente éditorialement. C’est-à-dire que nous, ce qui nous intéresse, c’est : est-ce qu’elle participe à un débat qui est dans l’air du temps, et auquel nous-mêmes nous consacrons un certain nombre de sujets. Cette tribune est un éclairage, elle ne reflète évidemment jamais la position de franceinfo, puisque nous sommes dans une position de neutralité habituelle, fidèles à la ligne éditoriale de notre chaîne. Mais c’est vraiment la pertinence éditoriale de cette tribune qui va retenir notre attention.

C’est le cas effectivement de cette tribune co-signée par 120 personnes, 120 organismes, sur Amazon. On a choisi de la publier parce que je le répète, elle nous semblait dans l’air du temps, dans un débat qui est en train de monter. On voit encore que, dans les jours qui ont suivi la publication de cette tribune, cela a fait débat, ça a fait réagir Amazon, mais aussi les autres grands distributeurs, la grande distribution de façon générale, mais aussi les petits commerçants. C’est la ligne qui nous conduit à publier, ou non, une tribune. On n’en fait pas énormément d’ailleurs, si vous regardez sur le site de franceinfo.fr, il n’y en a pas tant que ça. Mais c’est vraiment ce qui définit pour nous, la nécessité ou pas, l’acceptation ou pas de publier cette tribune, c’est le point de vue éditorial qui nous semble pertinent.

Emmanuelle Daviet : Comment s’opère la sélection ? Qui décide ? Est-ce que ce sont des signataires qui viennent vous trouver ?

Matthieu Mondoloni : Oui effectivement. Généralement, ce sont des tribunes, et là pour le coup, on en reçoit beaucoup plus qu’on en publie. Mais ce sont des signataires qui nous envoient les tribunes par mail, qui s’adressent en général à la direction de la rédaction. Pour celle d’Amazon, c’est moi qui ai eu la première version qui m’a été envoyée. Donc, on lit attentivement ce que contient le texte de cette tribune, pour savoir si cela s’insère dans une logique éditoriale qui est la nôtre, si cela va faire débat, si ça peut faire réagir. Et on regarde évidemment qui signe cette tribune ; est-ce que ce sont des gens qui représentent aujourd’hui quelque chose. On ne va pas publier une tribune qui est signée par cinq personnes, dont personne n’a jamais entendu parler.

Mais là en l’occurrence, ce qui nous semblait intéressant, au-delà des signataires habituels de ce genre de tribune anti-amazon, c’est que c’était plus largement relayé par des libraires, par des petits commerçants, qui eux aussi, avaient apposé la signature en-dessous de cette tribune. On s’est dit que là, effectivement, il y avait une logique éditoriale à la publier, à la mettre en avant. Mais on a aussi publié des tribunes en faveur de l’apprentissage des jeunes, on a publié des tribunes du syndicat de la magistrature, dans le débat qui était celui qui l’opposait à Eric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux. On a publié une tribune sur l’Union des Gauches, les partis de gauche qui appelaient à se fédérer pour la prochaine élection présidentielle.

Ce ne sont pas pour nous des choix partisans. Ce sont évidemment des tribunes partisanes, c’est une évidence, mais c’est pour cela qu’on appelle ça “tribune”. On n’ouvre pas l’antenne, on n’ouvre pas le site internet à n’importe qui, uniquement à des gens qui ont quelque chose à dire, pour, derrière, pouvoir faire réagir les adversaires, les opposants. On se sert de cette tribune pour susciter le débat.

Vous avez indiqué que vous recevez plus de tribunes que vous n’en publiez. Alors précisément, quel type de tribune refusez-vous de publier, hormis celles qui sont signées par des personnes inconnues ?

Des tribunes qui franchissent, ce que je vais appeler moi, “la ligne rouge éditoriale de franceinfo”. Il y a des propos que nous ne relayons pas, que ce soit dans les reportages que nous réalisons, dans les invités que nous avons en studio, des propos qui peuvent être discriminants, propos racistes évidemment, xénophobes etc. Nous ne les retenons pas, nous expliquons aux personnes qui nous les envoient pourquoi elles ne seront pas retenues. Mais je le répète encore une fois, on en publie très, très peu finalement sur le site de franceinfo. Je faisais tout à l’heure le catalogue, dans les derniers mois, on a dû en publier cinq ou six, et même sur l’année écoulée.

EHA – Album Paris Rio New York

EHA – Album Paris Rio New York

Label Plaza Mayor Company Ltd

UNE MUSIQUE SANS FRONTIERES, UN ALBUM QUI TRANSCENDE LES GENRES ‘

Dans la course aux étoiles j’ai nommé EHA, un parcours original, symbolique des mondes qui nous entourent. Puissant, énergique et vivifiant comme une claque aux mauvaises pensées. Les cuivres qui pourraient n’être qu’un souvenir d’enfance, reviennent et on ne s’en lasse pas. Du jazz et pas que… EHA développe un tour du monde de musiques et de musiciens talentueux. Cacau de Queiroz, Philippe Coignet, Michel Alibo, Damien Schmitt, Mike Stern, Minimo Gary, Juan Manuel Forero, Mario Contreras, Andy Narrel, Rubinho Antunes, Sulaiman Hakim, Lionel Segui.

Un album envole porte par la guitare magique de Philippe Coignet, un orfèvre qui s’est entoure d’un tour du monde des talents. Mike Stern est venu soutenir ce projet.
Il y a du merveilleux, de l’incandescent et de la décence dans cette respiration inattendue. Dans notre monde asphyxie, il y a quelques étoiles qui se mettent à scintiller. Des perles de nuits, des perles d’envies de changements, de puissances d’arc en ciel de bonheur. On se perdra volontairement dans les chemins sonores qu’emprunte EHA, un mélange de couleur et de passions. Nous avons besoin de ce tourbillon de sons pour réveiller notre imaginaire, EHA l’a fait. Nous avons besoin de plus de tout, d’amour, de dimensions, de visions et EHA l’a conduit.
Ouvrez vos âmes et vos oreilles a ce flux impétueux.
Hellen Page

Pour le troisième album d’EHA, groupe très représentatif de la scène multi-culturelle du Paris des années 2000, le guitariste et compositeur Philippe Coignet a réuni un line up international et exceptionnel : Mike Stern (USA, guitare), Cacau de Queiroz ( Brésil, saxophones et flute), Minino Garay (Argentine, percussions), Michel Alibo (Martinique, basse), Andy Narell (USA, steel pans), Leandro Aconcha (Suisse, claviers), Damien Schmitt (France, batterie), Mario Contreras (Chili, percussions, tiplé), Juan Manuel Forero (Colombie, percussions, voix), Lionel Segui (France, trombone, tuba), Sulaiman Hakim (USA, sax), Rubinho Antunes (Brésil, trompette)

Paris Rio New York est la fusion parfaitement réussie entre World Music, Jazz et Funk, sons électriques et acoustiques, on peut parier qu’une partie des titres de cet album deviendront des standards

‘ PUISSANT, INVENTIF ET SIMPLEMENT BEAU, LE MEILLEUR DU WORLD JAZZ … EXPLOSIF ! ‘

Titres

  • 01 – 1984 – Fanfare
  • 02 – Mars
  • 03 – Missie Didie
  • 04 – Nuits Magnetiques
  • 05 – 1984 – Funky cover
  • 06 – 2 Stars in my Skies
  • 07 – Celeste A
  • 08 – Toronto Layover
  • 09 – Dudatjo
  • 10 – Plain Dance
  • 11 – Queen of my Nights

MASAE GIMBAYASHI – Album « Je te veux »

MASAE GIMBAYASHI – Album « Je te veux »

Classic variations

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

On parle et reparle avec plaisir de la poétesse du piano en nommant Masae Gimbashi.

Car un piano peuple de notes, on le savait déjà, mais peuple des temps magiques et des temps nostalgiques d’un Japon médiéval et d’un Japon mélancolique, c’est déjà plus surprenant.

Fille d’un authentique poète, elle a l’âme de ces dames nonchalantes qui aiment les choses bien faites. Comme une gamme appuyée, comme un amour des belles… C’est un autre regard, une façon tendre et contemplative de ce monde. C’est un morceau d’Erik Satie, une improvisation qui s’improvise toujours entre deux titres. Il y a le son des virtuoses qui dans la discrétion affutent leur arme comme leur touche délicat. Et il y a ces épicuriens du son, qui donnent du velours a l’espace-temps. Une des raisons de se pencher sur le berceau de la création est cette insouciance et ténébreuse inspiration.

L’inspiration nous vient a l’écoute et au regard de l’autre.

L’autre sera Masae dans son magnétique opus : Je Te Veux.

Hellen Page

«Dans cet album l’improvisation est intégrée entre Satie et Gershwin, signe de sa musicalité unique cultivée dans le jazz. La musique du passé et son “maintenant” s’illuminent comme un miroir. La sélection de la musique, et bien sûr la performance elle-même sont parfaites. L’excellence de l’enregistrement qui capture le son du piano augmente sans aucun doute sa valeur.» – Shin-ichi Numabé critique musical, Japon

CD Digital & CD Physical Digipack

Masaé GImbayashi

Masaé se produit en Europe et au Japon, Etats-Unis, invitée aux Festivals comme Normandie Impressionniste, Festival Albert Roussel, Bray normand jazz festival, 150e anniversaire d’amitiés franco-japonaise, 150e d’ouverture du port d’Yokohama, Festival des clochers… Lauréat des concours nationaux et internationaux, élève de Jay Gottlieb et Victoria Melki, Serge Petitgirard.

Elle a enregistré 5 albums solo chez Plaza Mayor Company Ltd (le dernier fin février 2020 ‘Je te veux’ ) et 1 album de Trio Waziniak (intrication) ‘Motian’s traces’. Membre du jury du concours de piano «Pianoopen» à Mérignac en 2009, Les Clés d’Or concours international, et l’ambassadrice du concours les Clés d’or à Tokyo.
«Éblouissant concert – Elle explore à merveille la variété et la richesse de l’instrument. Un pur bonheur pour le public qui la rappelle encore et encore. (Le Dauphiné Libéré, France)»
«Une nouvelle phase de la musique pour le piano a été montrée (Chopin, Japon)»

Musique et poesie est la signature de Masae Gimbayashi.

STEPHANE SASSI – Album “Rendez-vous a la coda »

Stephane SASSI – Album « Rendez-vous a la coda »

Jazz on free

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Une frontière mince entre le jazz et un classique décomplexé. Une frontière qui laisse place a une tolérance de la mélodie et finalement du talent. Ce sera le nouveau voyage propose par Stephane Sassi. Une ballade élégante entre les dunes de l’imaginaire, un sentiment de rendez-vous, car les thèmes nous deviennent cher et leur expression nous semble limpides. Jouer du clavier comme un passage des touches blanches aux touches noires, cela devrait une source et c’est parfois un combat. Entre valse et blues, entre Valse for Change et un Gaby Blues, il y a des lumières qui scintillent comme un lendemain de Noel ou comme un premier soleil. Le premier soleil de ces matins fatigues. On a besoin de fraicheur, de regards doux et heureux. Le crépitement des notes est comme une douce pluie, un enfantillage de Collier de pailles et finalement simple, comme la vie qui devrait le rester.

Cet album « Rendez-vous a la coda » est tout simplement un rendez vous entre des sentiments de fraicheurs et de vérité. Tout se dit a note feutre, avec une élégance appuyée et nous nous ne retiendrons que les embruns du plaisir.

Hellen Page

Pianiste de jazz, Stéphane Sassi est un interprète et compositeur aux
expériences multiples qui l’ont mené sur scène et en studio depuis 30 ans dans un
répertoire allant du swing en Big Band au Be Bop en trio, des standards au free
jazz. Il n’a jamais cessé de composer et présente pour la première fois en solo un
choix de morceaux créés depuis quelques années: certains déjà jouées dans ses
différentes formations (EDS Trio, Voutee More…), d’autres inédits. Il fait
montre ici d’un sens de la couleur harmonique et de la mélodie qui s’appuie sur
l’énergie et la vitalité de son jeu. Son univers a assimilé intimement des
influences diverses dans un cocktail personnel, depuis la virtuosité rythmique et
les rythmes percussifs de Michel Camilo, à la musicalité mélodique et généreuse
de Michel Petrucciani.

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

& Isabelle Guidon & Francois-Pierre Camin

Featuring Clotilde Rullaud

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

On parle de jazz mais le terme est large, tellement en globalisant…de Cole Porter aux Moulins de mon Cœur de Michel Legrand. Il vaudrait mieux parler de liberté. Le jazz est une liberté de jouer, d’interprétation. Le jazz peut s’afficher de tellement de manières. Avec la découverte du nouvel album de Bruno Desplan, je préfère parler de la liberté de ton et d’impertinence. Liberté des mots et d’images. CoHitDuo est quand même une sacre image a elle ou lui-même. Enfin cette ballade incessante, deux doigts sur le clavier d’un piano, deux voix qui se fondent et se confondent. On a de quoi faire, un bout de chemin, un bout d’évasion. Rien ne sera plus pareil. Rien ne peut se faire à la méthode de… Mais tout se fait et se défait dans des gammes plus que chromatique. Tout se transforme et se corrige en un sacre mélange d’humeur. C’est peut-être les couleurs de l’arc en ciel, peut être le rayonnement de la création. Ça joue, ca défile des mots comme des idées. Nous aimerons et salueront la liberté de vivre et de survivre aux regles établies.

Nous aimerons Bruno Desplan et son sensible CoHitDuo

Hellen Page

L’album « CoHitDuÔ » est écrit, composé, joué au piano par Bruno Desplan qui fusionne sa voix à celle de Clotilde Rullaud pour former un Quintette atypique avec ses complices le contrebassiste François-Pierre Camin et la percussionniste Isabelle Guidon,  rallié par la flutiste Nadia Feknous. Ensemble, ils concoctent un jazz sensible aux saveurs subtils, épicés de syncopes caribéennes, aux parfums d’harmonies asiatiques sur une poésie mélodique française assaisonnée de dissonances contemporaine ; qui décrit en 14 titres par le mélange des sons et des mots, les sensations sensuels, sensoriels, sentimentales et même sexuelles d’une relation amoureuse de la rencontre à l’union officielle.

  • 01 – L’Yin dans’ Yang
  • 02 – L’emotion sincere
  • 03 – (Renaitr’) sans sens
  • 04 – Partout Toujours
  • 05 – Magnetique reve
  • 06 – CoHitDuo
  • 07 – Rassure-moi !
  • 08 – Casse !!!
  • 09 – Comptine n. 4 : « Je aime toi (poeme exil) »
  • 10 – Fleurs de po-esie
  • 11 – Hymn’Intim’
  • 12 – C’est
  • 13 – Langues des mains
  • 14 – No doute no, No doute no!

IOAN STREBA – Album “BALKANS JAZZ”

IOAN STREBA – Album “BALKANS JAZZ”

Ethnic Gipsy Blues

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Un vent d’Est secoué sous nos températures battues d’océan et de souffle chaud. Un vent d’Est qui s‘époumone en clarinettes, trompettes, tubas… Un vent d’Est a la façon d’un Marco Polo qui chevaucherait les grandes plaines pour nous apporter sa livraison de parfums et de richesses. Ioan Streba chevauche depuis quelques années les planches des meilleurs jazzmans de Bireli Lagrene a Thomas Dutronc ou Didier Lockwood. Grand argentier de la mouvance Gypsy Blues, ce fervent de la culture des Balkans a tant à nous dire, tant à partager. Le bonhomme est à la hauteur de son talent : chaleureux, bon vivant, aimant la vie comme un casaque aime les ciels d’aventure. Voyagez dans ce nouvel album, comme on voyagerait dans un Orient Express aux lents remous et aux velours chatoyants. Voyagez comme si vous preniez un métro en ligne directe pour Budapest ou Saint Petersbourg, car ce sont les brumes imaginaires qui ont le plus beau destin de nos rêves. Il n’y a que le souffle violent qui peut retenir les âmes et les larmes. Il y a de tout cela dans le magnifique album « Balkans Jazz – Gypsy Blues » que nous livre Ioan Streba.

Voyage garantie au pays du talent.

Hellen Page

IOAN STREBA, musicien roumain installe a Paris depuis de nombreuses années, propose avec ce projet original mêlant ses influences musicales gipsy a un jazz très moderne. Or, quoi de mieux que Paris, solidement accompagne par trois musiciens référents de la scène jazz : Philippe Milanta au piano, Bruno Rousselet a la contrebasse et Philippe Soirat a la batterie, pour tente une rencontre entre ces deux univers libres, d’ouest en est ?

La barre est placée haut, et le résultat surprenant, qui n’est pas sans rappeler la clarinette de Buddy de Franco ou d’Eddie Daniels ou des quartets de Desmond, Coltrane ou Gets…

Pour autant, il s’agit d’une musique actuelle, parfaitement originale, dans laquelle le phrase et les structures du blues imprègnent les compositions originales de Ioan, ou inversement !…

Un album riche d’un Quintet festif ou d’un Trio Ethno & Gipsy jazz blues.

FLACO DE NERJA – Album PASEOS

FLACO DE NERJA – Album PASEOS

Flamenco Guitarist Composer

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Il y avait Paco de Lucia, être brillant de lumière et il y a Flaco de Nerja, un volcan de folie gitane. Guitare magique, puissante comme un torrent d’amertume. Le chant est l’instrument et l’instrument se fait chant. Ce mélange universel ou les peuples se soulèvent et se bouleversent. Ce refrain ou l’âme est grandi par les démons du quotidien. Un feu de Saint Jean brule éternellement dans les veines de ce jeune guitariste, qui se produit tantôt avec des orchestres philharmoniques en Russie ou dans les pubs d’Andalousie et les scènes de jazz en Autriche. Car Flaco de Nerja est un gipsy des Balkans : Autriche, Hongrie… en plus de l’Andalousie sont ses terres de pérégrinations et d’émotions. Flaco de Nerja a le vent violent intérieur des seigneurs de guerres. C’est un seigneur de guerre arme d’une guitare et d’un amour de la folie.

Partageons ces instants de folies et retenons le vent violent de cette émotion.

Hellen Page

Fortement influencé par la musique du virtuose Paco de Lucia, Flaco étudie la musique flamenco de façon autodidacte. Preuve de son talent extraordinaire suit en 2001 et 2004, quand il atteint la ronde finale de la compétition la plus importante de la guitare flamenco espagnole, le Concurso Nacional del Arte Flamenco de Cordoba.

Flaco grandit avec la musique classique, le jazz et la musique traditionnelle rom. Les influences de ces différents styles sont audibles dans ses compositions, ce qui rend ses pièces vraiment uniques. Cette singularité ouvre des portes à Flaco vers les meilleurs ensembles et solistes du présent, allant de l’orchestre baroque «L’Arpeggiata », l’« Orchestre symphonique de Moscou », Antonio Rey, à l’Ensemble Janoska et aux salles de concert les plus importantes du monde. Son concert « Hommage à Paco de Lucia » est diffusé en direct sur Français radio nationale « Radio Culture France » et la chaîne de télévision « TV2 France ».

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en

Sortie du nouvel album Paseos

Concert d’Aranjuez avec Orquestra “Der Ton der Jugend”, Chef d’orchestre

Ronen Nissan

Quelques-uns des moments clés de la carrière de Flaco jusqu’à présent ont été: Opernfestspiele St.Margarethen (AT), Schubertiade Hohenems (AT), Felicija Blumental Festival Tel Aviv (IL), Gems Guitar Festival Netanya (IL) Azorenfestival (PT), Chichester Festival (UK), Cheltenham Festival (Royaume-Uni), Flamenco Festival Sanlucar de Barrameda (ES), Flamenco Festival Wien (AT), Salle Gaveau Paris (FR), Teatro Alterosa Belo Horizonte (BR), Bogota (CO), ouverture pour Jorge Pardo Trio, Gipsy Kings,…

El Flaco a partagé la scène avec: Orchestre symphonique de Moscou, Janoska Ensemble, Antonio Rey, Rodrigo Parejo, Peter Luha, Pol Vaquero, Antonio Sanchez, Saul Quiros, Lucia Ruibal, Fahem, Luis Gallo, Juan Murube, Alicia Marquez, Sandra La Chispa, Ramon Martinez, Ensemble L’Arpeggiata, et bien d’autres.

Karolina Pasierbska – Album “Beautiful Creation”…. Emotional Voice of Jazz

Karolina Pasierbska – Album Beautiful Creation

Emotional Vocal jazz

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd

The Orchard

La voix haut perche ou la voix murmure, il y a de l’emerveillement a chaque parole, chaque refrain. On pourrait la chercher, on pourrait la trouver, comme un labyrinthe de bonheur a suivre un chemin de vie et rien d’autre. La legerete est parfois tres soutenable quand elle a du charme et du plaisir. La legerete est un souffle sur la vie, sans trompette, ni bougies, mais c’est un balancement, peu de dehanchement, juste un enchantement. Karolina Pasierbska, de ses plaines cosaques a conquis ce ton juste, beau et sobre a la fois. Un rien qui fait de cette demoiselle, une belle dame. Des textes, des intentions comme « Human Rights » qui en disent long sur le questionnement de la belle personne. Car cheminer dans l’univers n’est pas juste une ballade onirique. On se doit aujoud’hui d’ouvrir grand les yeux, sinon d’ouvrir grand son cœur. Le monde est en demande de grande chose, de grandes causes. Non par plaisir mais par urgence de vie, on se doit de porter ses nos et ses pas au dela des sentiers rabattus. Autant de chansons, autant de temoignages que Karolina nous delivre. Et c’est un pas ivre que je respire a ces melodies et histoires troublantes.

Un album a ne pas rater, un album a s’inspirer et a respirer.

Hellen Page

Beautiful Creation (descriptive)

Beautiful Creation is a melodic jazz album dreamed up by Michael Shepstone and Stephen Ennever both of whom have been involved in many other musical projects.

After writing the songs they searched for the right vocalist who could inject the warmth and feeling into the tracks, and after hearing Karolina Pasierbska singing in a club in Munchen they invited her to join the project.

Her smooth vocals compliment the songs and the lyrics and add a dreamy feel to songs such as “ Beautiful Creation “ and “Too Good For Me “ Her rendition of “Good Morning Boss” and “Tomorrow Tonight” add a sparkle Whereas in the song “ Human Rights” and “If I Were Her” you can feel the desperation of the lonely heart.

“Emotional” is one of the highlights of the album and is sure to secure a lot of covers.

All in all a great album and one for any connoisseur

Introducing Karolina Pasierbska the voice of melodic jazz.

Growing up in the small town of Trzebnica in Poland, music was always her passion – first as a dancer, then the piano and finally as a singer of many different styles and genres. 

In 2007 she finished her vocal studies and immediately took the position of soloist in Stadttheater Bremerhaven in Germany. In 2012 onwards, Karolina performed the main role from the Austrian musical „Sissi – Liebe, Macht & Leidenschaft“ across Germany, Austria and Switzerland melting the hearts of thousands fans with her delicate and beautiful voice.

Although she has made a name for herself singing opera and musical her heart has always leaned towards jazz and when she was approached to record a jazz album it was a done and dusted deal.

The resulting album is a combination of original songs and her warm heartfelt vocal style bringing the lyrics and tracks to life.

Close your eyes and dream.

Beautiful Creation (french descriptive)

Beautiful Creation est un album de jazz mélodique imaginé par Michael Shepstone et Stephen Ennever qui ont tous deux été impliqués dans de nombreux autres projets musicaux.

Après avoir écrit les chansons qu’ils ont cherché le chanteur droit qui pourrait injecter la chaleur et le sentiment dans les pistes, et après avoir entendu Karolina Pasierbska chanter dans un club à Munchen, ils l’ont invitée à rejoindre le projet.

Son chant lisse complimente les chansons et les paroles et ajoute une sensation rêveuse à des chansons telles que “belle création” et “trop bon pour moi” son interprétation de “Good Morning Boss” et “demain soir” ajouter un éclat alors que dans la chanson “droits de l’homme” et “si je wer e elle “vous pouvez ressentir le désespoir du cœur solitaire.

“Émotionnel” est l’un des points saillants de l’album et est sûr de sécuriser beaucoup de couvertures.

Dans l’ensemble un grand album pour tous les connaisseurs

Présentation de Karolina Pasierbska la voix du jazz mélodique.

En grandissant dans la petite ville de Trzebnica en Pologne, la musique a toujours été sa passion-d’abord comme une danseuse, puis le piano et enfin comme un chanteur de nombreux styles et genres différents.

En 2007, elle termine ses études vocales et prend immédiatement la position de soliste au Stadttheater Bremerhaven en Allemagne. À partir de 2012, Karolina a joué le rôle principal de la comédie musicale autrichienne «Sissi – Liebe, macht & Leidenschaft» à travers l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, fondant le cœur de milliers de fans avec sa belle et délicate voix.

Bien qu’elle se soit fait un nom pour chanter l’opéra et la comédie musicale, son cœur s’est toujours penché vers le jazz et quand elle a été approchée pour enregistrer un album de jazz, c’était une affaire faite et dépoussiérée.

L’album qui en résulte est une combinaison de chansons originales et son style vocal chaleureux chaleureuse apportant les paroles et les pistes à la vie. Fermez les yeux et rêvez