JUNGLE ROUGE

(Original Motion Picture Soundtrack)

JUNGLE ROUGE

(Original Motion Picture Soundtrack)

Director Juan José Lozano

Music by Nascuy Linares

Label Plaza Mayor Company Ltd

World Premiere at FIFDH 2022 Geneva

In 2008, FARC second-in-command Raul Reyes, was killed in a raid orchestrated by the CIA and the Colombian army. His computers were found: ten years of thousands of emails written by the man in charge of negotiating the release of 100 hostages, including Ingrid Betancourt. Jungle Rouge delves into the secrets of the oldest communist guerrilla, as the revolutionary utopia was slowly turning into a nightmare.

Director Statement : « Depuis l’écriture, j’étais convaincu qu’il nous fallait une musique originale en complément a ces musiques diégétiques et qui n’ait pas peur de rester en arrière-plan et de se fondre dans les sonorités de la jungle afin de donner du relief a une bande-son constituée essentiellement par des sons dits « naturalistes » issus d’une certaine captation du réel. Et c’est avec idée en tête que je suis allé a la recherche du vénézuélien installe a Barcelone, Nascuy Linares, qui venait de composer la musique pour «Embrace Of the Serpent » de Ciro Guerra et « Los silencios » de Beatriz Seigner, séduit d’abord par son immense talent et ensuite par la justesse de son interprétation du scenario lors de sa lecture »

Juan José Lozano

Film Director

Composer Statement: « When I read the script and talked for the first time to Juan about the film, the main sound images we shared aimed to the emotional weight of the music track. We totally agreed from the beginning that the film did not require long musical cues, but each of them would play an important role in order to carry on the energy of the characters and the words that were not spoken.

Nascuy Linares

Film composer

SHELTER IN PLACE

(Original Motion Picture Soundtrack)

SHELTER IN PLACE

(Original Motion Picture Soundtrack)

Director Chris Beyrooty and Connor Martin

Music by Zach Robinson

Label Plaza Mayor Company Ltd

In April of 2020, a small group of filmmakers found ourselves locked down in the storied Hollywood Roosevelt hotel. With twelve days until the original safer-at-home order was set to lift (how wrong we were…), we crafted a film that mirrored the current state of our emotions in lockdown. Upon wrap, we formed an instant connection with composer Zach Robinson, who injected life into our ideas and wove them into sonic splendor. Facing uncertain times, we hoped to capture the early days of what would become a total paradigm shift in our society. Zach’s score anchored this project, accenting the terror faced by our cast with memorable, chilling motifs that linger long after the credits roll.We wanted something that harkens back to giallo classics of yesteryear, but still maintains the modernity and eeriness of the current wave. This is the result. – Directors Chris Beyrooty and Connor Martin

https://open.spotify.com/album/2SaolkbgItGWeGbhTpPt6c

Shelter in Place une des milles et une histoire de la pandémie et de ses confinements successifs.

Zach Robinson co-compositeur de la série Tv Cobrai Kai, signe ici un score aux résonnances électro. Je me suis mis a aimer ce dynamisme et les sons angoissants d’un huis clos malheureux. L’électro qui me semblait sans chaleur est ici suave, sensuel et un tantinet mélodique a n’en plus finir. Sans doute le changement d’époque subit, le bouleversement de nos sécurités habituelles ; sans fantaisies, sans superflue, Zach Robinson a rejette et jette toutes ses tonalites pointues, aigues pour en faire une harmonieuse partition.

Hellen Page

In May of 2020, I was approached by two directors to score their horror film, which to my shock and amazement had already been written, shot, and edited mere weeks after the global lockdown had been instated. As I watched the film for the first time, the most inspiring facet to me was the location at which it was set: the Hollywood Roosevelt Hotel, one of the most famous Los Angeles landmarks and only a 5-minute drive from my apartment at the time. The beautiful visuals Chris and Connor were able to retrieve from this once vibrant but now utterly desolate location made my brain wild with ideas. I got to work trying to identify sounds and melodies that echoed the ghostly hotel and was particularly fascinated with the use of space. For this film, I often chose to write simple melodies with fewer notes, or simpler rhythms that could live within the hotel’s uninhabited space without feeling overwhelming or jumbled. The result ended up something akin to an Arvo Pärt score for a giallo film. I’m incredibly grateful to Chris and Connor for bringing me aboard, as well as producers Jonathon Martin and Blake Goza. -Composer Zach Robinson

PRIVATE DESERT (Deserto Particular)

Original Motion Picture Soundtrack

PRIVATE DESERT (Deserto Particular)

Original Motion Picture Soundtrack

Director Aly Muritiba

Music by Felipe Ayres

Label Plaza Mayor Company Ltd


Brazil’s official selection in the Best International Film category for the 2022’s Oscars.

It is based on police who is suspended after an internal investigation, wandering the country in search of a real encounter with his internet love…

Felipe Ayres – composer statement

Creating the score for Private Desert has been an incredible experience.
The idea behind it was to convey the protagonist’s emotional journey into music; from their anguishes of the unknown, through their inner battles and redemption.
All of this had to translate to screen in both a subtle and delicate way, but with enough deepness and strength to it.

Track List

  • Estrada ao Deserto #1
  • Estrada ao Deserto #2
  • Estrado ao Deserto #3
  • Sara
  • A Flor da Pele
  • No
  • A Entrega

DRACULA ON HOLIDAY

(Original Motion Picture Soundtrack)

DRACULA ON HOLIDAY

(Original Motion Picture Soundtrack)

Director Robbie Moffat

Music by Pascal Isnard & William Marx

Label Plaza Mayor Company Ltd

Traveling from Transylvania to Scotland by train, the Count’s two companions Lucy and Renfield start on a series of changes in order to get the Count over his many fears – sunlight, crosses, bibles, running water, garlic, food and drink. Dracula chose Scotland for his holiday because he wanted to visit his maker Bram Stoker’s Castle, which he regards as rightfully his own. Once there he is befriended by two local undertakers Goddaming and Stewart who live in a castle, they attempt to socialize and fit in. Godalming’s teenage daughter Flora is attracted to them and admits that she would like to be a vampire.

The Count and Lucy are smitten by her and crave for a daughter of their own. When Stewart’s new wife also turns out to be a vampire, and the undertaker business is booming, the happy band of dead and near-dead can’t help but take advantage of Goddaming and Stewart’s hospitality. This arrangement is delightfully comic in the way it unfolds. When it is not clear that Dracula could ever be reformed from his bloodletting ways, Lucy makes plans to marry Dracula with the hope that his reformation will occur when he settles down into married life or so she thinks. A comic tale for Halloween and beyond into the nether realms of Dracula’s alternative abode. Rather than making Dracula a type of ‘baddie’, this film takes a jovial view of the comedy genre and his character. It is therefore in some ways a relief from the heavy overtones of the serious ‘Horror’ Film and something that will make people leave the cinema with a smile.

Jose Fallot – Album “Another Romantic #4”

A new Jazz Romantic signature…

Jose Fallot – Album “Another Romantic #4”

A new Jazz Romantic signature…

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard-Sony Music

Plutôt qu’un amoureux romantique de plus, José Fallot m’est toujours apparu comme un dur.

Dur et patient comme un félin, un varan qui aurait des feulements lyrique, une hydre à dix casquettes, une panthère, une libellule. Capable d’épauler l’un et l’autre à droite, à gauche, de leur procurer de l’emploi sur des grilles standard ou maison dans ses programmations aux formations multiples. Ou de leur offrir en taulier des lignes et des masses sonores plus exigeantes, conçues la nuit à la torche Wonder dans sa cave, tout en skypant des patrons de clubs. 

Qu’il soit ou non largement reconnu pour cela est superflu, qu’il vénère Abba, les Beatles, Miles ou Coltrane, totalement indifférent. Qu’il soit un enfant de Steps plus que de Weather, d’Ellington, de Petrucciani ou de Smith et Wesson, quelle importance? Trop efficace et trop modeste pour briller, ce type est un music lover, un connaisseur et un aficionado, je ne vois pas que conclure d’autre à l’écoute de ce nouvel opus. Accessoirement, un passionné des fréquences basses, voire un compositeur sérieux et un variant réjouissant du hipster morne et abscons pour cercles confinés. Bonheur rare dont il ne faudra pas manquer les apparitions lors de la réanimation générale des scènes et des caves. Abstraction faite si possible des préjugés encore en cours dans certains systèmes auditifs locaux et de la configuration rigide des doigts de pied qui s’y attachent, si ces notions se révèlent maintenues dans le monde d’après.

Bernard Ivain

Un éternel romantique nous revient avec un 4e opus. Une belle série jazz de sonorités fraiches et un vrai amoureux que nous reconnaissons avec plaisir en temps de franches inquiétudes. Le jazz de Jose Fallot, se chante, se balance et se murmure comme un parfum d’avant l’été, comme un regard nonchalant. C’est un amoureux éperdu de larges espaces et de montagnes et sa musique est un champ joyeux jamais ennuyeux. Jazz et solos se succèdent indéfiniment mais ici les solos répétitifs ont laissés la place une intelligente forme astrale d’instruments a vents et de basses romantiques.

Jazz oui, mais un jazz diffèrent, heureux et pétillants comme un deconfine qui retrouve sa première terrasse. Un premier cafe, un premier regard… un premier rendez vous amoureux…. Et nous somme au 4e rendez-vous amoureux !!!

Hellen Page

  • 01 – Minor Circle
  • 02 – Sides
  • 03 – The Way
  • 04 – Joyeux Rameur
  • 05 – Annecity Blues
  • 06 – Escape
  • 07 – Blues in 8 to 12
  • 08 – Arsenic Blues
  • 09 – What’s Your Game
  • 10 – The Way They Show Us
  • 11 – When I’m 64

INSIGHT (Original Motion Picture Soundtrack)

INSIGHT (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Ken Zheng, Livi Zheng

Music by Sid De La Cruz

Label Plaza Mayor Company Ltd

Jian (Ken Zheng) is a counter terrorism agent who blends his skills as a martial artist and clairvoyant to bring the world’s most nefarious individuals to justice. This lone wolf is is forced to make an unexpected detour to Los Angeles upon receipt of the devastating news of a cover up surrounding his brother’s alleged suicide. With the reluctant help of LAPD detectives, Abby (Madeline Zima), Carl (Tony Todd), and Captain Duke (Keith David), the unlikely group become involved in the investigation. Jian and Abby fight against a high-tech criminal (Sean Patrick Flanery) looking to exploit the brother’s gifts in his own quest to power.

Les musiques de film d’action sont difficiles et souvent se borne a de l’habillage. Il y a eu les grands James Bond, dont on ne retient que le thème d’entrée et de fermeture de Lalo Shiffrin, il y a de grand absent, car c’est une musique qui épouse l’image a défaut d’épouser la musique elle-même. Le cinéma américain est exigeant et des compositeurs exige plus du Sound Design que du contenu mélodique. Il est un des compositeurs qui s’exerce au style avec panache : Sid de la Cruz. Dans une modestie qui n’appartient qu’a lieu, Sid est un de ces fabricant de magie et d’intemporalité. Sur le film INSIGHT, il a eu le courage du thème original, la palette du design et le regard de construire une bande originale, digne de ce nom. Il y a de la recherche, de l’innovation, les sounds, les thèmes. Sid De La Cruz a mis beaucoup de lui-même pour trouver le bon ton, le bon son.
Ecoutez et re écoutez Insight.
Hellen Page

Director’s Statement on Insight’s Original Soundtrack  

Statement from Livi Zheng & Ken Zheng Insight is a movie that includes several different cultures and also a story with elements of science fiction.  Therefore, it was impossible to imagine Insight without interweaving several different genres and categories of music. The instrumentals that augmented Insight’s story were heavy on electronic synths, strings, brass and percussion. I choose these musical scores to fit with the diverse martial arts styles of action scenes.  We even used special compositions to highlight our use of drones and other modern weapons as props in the movie. In the Warehouse Fight Club scene, staged in an underground caged fight in China, the music not only included the strings and brass but also the Guzheng, a traditional Chinese instrument.  In theJian in Syria scenewe used instruments such as the Qanun, Riq, Darbuka, & Zil to reflect the local culture of the scene while remaining authentic. The soundtrack of Insight matches these scenes of the movie as an audio and visual is a journey through the world.

Sid De La Cruz, Composer

The score for Insight was fun to create. It’s a hybrid of orchestral and synth instruments. This is a bit different from my other scores in that it was requested not to use any woodwinds. Also, there were some cues where high strings were not used as well. I had to be creative and think of other ways to approach the music. Because the film deals with an element of science fiction, I feel that electronic instruments suit the film very well and help tell the story from the side of science fiction. Several of the cues tie in with photography of the film. For instance, in the track, “Apartment Fight”, some of the fighting leads to the kitchen. In the score, there are metallic instruments that help simulate kitchenware, pots, pans, silverware, etc. In the track, “Jian in Syria”, uses Middle Eastern melodic and percussive instruments are introduced and take and help contribute to the action music.

POLYCHROMES – Album “Your Dream”

POLYCHROMES – Album “Your Dream”

By Stephane Sassi & Isabelle Monferier

Cd Digital & Cd Physical

Label Plaza Mayor Company Ltd

Polychromes est un duo formé à la maison durant le deuxième confinement, quelque part dans le sud de la France, autour d’une envie de créer ensemble une chanson, pour le plaisir. De fil en aiguille, 12 morceaux sont sortis du chapeau magique, et sont présentés dans l’album “Your dream” dans l’ordre de leur création.

Les feelings s’inventent mais ne se racontent pas ; on les vit ou on les oublis.

Dans la période troublée que nous vivons, il est des visions que l’on retiendra pour le bonheur et la fraicheur qu’elles nous apportent. Polychromes, un duo inédit entre une voix et un musicien lumineux, chemine sur ses pentes ardues de mélodies et de sons irréels. Trouver un refrain, enchanter un parfum d’amour et d’humour, n’est déjà pas si simple. Il fallait juste faire entrer l’harmonie que peuvent les artistes impatients de l’art qu’ils inspirent et qu’ils dégagent. Il fallait tellement de passion pour souffler sur les braises du foyer incandescent. Allumer de mille feux les tonalites des étreintes de la vie, éteindre les faiblesses des aventuriers de paille. C’est un album fabuleux, intemporel mais bien réel. C’est un album qui se dessine comme l’indique le titre ; « Your Dream »

Hellen Page

Stéphane Sassi a reconstitué en studio l’atmosphère d’une musique live, naviguant entre les harmonies, les rifs et les solos avec élégance et sobriété. Ses compositions sortent ici de son répertoire habituel de jazzman et se tournent vers une ambiance pop-rock, mêlée d’une lampée de folk, d’une pincée de jazz et d’une touche de soul, alternant une énergie communicative et des ballades tout en douceur… Les paroles écrites et chantées par Isabelle Monférier ont été inspirées par les thèmes musicaux inventés par Stéphane, chacun exprimant une émotion différente. Elles sont parfois traversées par des questionnements liés à la période actuelle, entre légèreté et gravité.  Mais ce disque est nourri de la joie de créer et de partager une musique et des mots qui sont avant tout un hommage à la vie, dans un tourbillon de couleurs, qu’elles soient lumineuses ou plus sombres… Polychrome!

Stéphane Sassi est un pianiste et compositeur au parcours marqué par le jazz et les musiques actuelles. Il s’est aussi intéressé à l’instrumentation préparée avec l’invention du “Piano Paille”, à l’illustration sonore et à la musique à l’image ou musique de film. Il a également produit une vingtaine d’albums.
Isabelle   Monférier est plasticienne et passionnée de musique. Elle s’est nourrie des musiques afro-américaines: blues, jazz, soul et gospel qui influencent son chant. Elle pratique également l’improvisation au sein d’un “Circle songs” depuis quelques années.

SHADOW OF THE WOLF (Original Motion Picture Soundtrack)

SHADOW OF THE WOLF (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Alberto Gelpi

Cast; Christopher Lambert, Ettore Belmondo…

Original Music by Sandro Di Stefano

Dnipro Philharmonic Orchestra – Conductor Sandro Di Stefano

Label Plaza Mayor Company Ltd

A series of mutilated corpses is upsetting a town in central Italy. Police believe that this is a wolf, but it might not be a wolf as others…

L’émotion se mesure aux coups d’archets, sur les cordes d’orchestre symphonique ou philharmonique. Sandro Di Stefano écrit des scores de qualité et dirige des orchestres philharmoniques d’un coup de baguette qui devient magique sous sa main.

Ecrire une partition de loup garous, d’humains se transformant en loups et peut être inversement de loups dans le corps d’humains, cela peut paraitre presque facile, mais l’exercice est délicat pour ne pas tomber dans les cliches. Avoir l’imagination d’une mélodie c’est dans la digne tradition des compositeurs latins et encore plus lorsqu’ils sont italiens. Il y a de la fulgurance, de la passion, de l’envie et une extrême mélodie. C’est ainsi que se construise les grandes romances, les grandes partitions. La musique de film aujourd’hui est l’expression de grand ballet classique contemporains ou les références a l’image viennent en second plan d’un création unique et bien réelle. Voir Christophe Lambert dans les décors bleu nuit et d’un plateau fumant dans les ombres était déjà un plaisir annonce. Le voir paraitre sous la mélodie féroce d’un Sandro Di Stefano est un plaisir bien réel.

Hellen Page

SHADOW OF THE WOLF

Statement about the OST

Music in Movie, for me, has always had an actor role.

I never think of music as such but of an actress I imagine and direct in the Movie.

In fact, I feel more a Film Director than a Musician because from music I look for what words don’t say. In “Shadow of the wolf”, I tried to put a face to this invisible actress and have her act alongside the other actors and actresses. In short, I put her in the cast, giving her an antagonist role. She participates in the dialogues, anticipates and delays emotions, sometimes she is a shoulder, sometimes she is the one who plays the main role. Stylistically, this music honors a certain writing of authors who invented the genre, such as Bernard Herrmann for example (also because Herrmann, like me, was heavily influenced by guys like Serghjej Prokofiev i Igor Stravinskij). Clusters, black and white, frequencies, help to recreate a certain sound, in a certain sense “old style”. I always direct my music myself because I know exactly what to ask for, as a Film Director does with his actress.

SANDRO DI STEFANO Composer

SHADOW OF THE WOLF

Statement about the OST (Film Director)

I have always considered music as my main ally to move the audience through the narrative arc of our story.

It is a role as important as the one of a key actor, albeit invisible.

Music is not just a comment, but rather a subliminal voice that whispers to the ears of the spectator. 

I have constantly worked with the composer, explaining the emotional struggle and the inner workings of the characters in the scenes, and it has been an extremely stimulating experience.

Great effort has been put also in researching uncommon blends of instruments, looking for something that could describe the characters and their emotional journey throughout the evolution of the story.

Each character has a theme and a sound that intertwines with the others creating a “dialogue”, a sonic footprint that profoundly defines the atmosphere of the film.

ALBERTO GELPI, director

Amazon et la publication d’une tribune

Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

avatar
Emmanuelle Daviet
franceinfo
Radio France
Mis à jour le 21/11/2020 | 12:30
publié le 21/11/2020 | 12:30

Partager
Twitter
Envoyer
LA NEWSLETTER ACTU
Nous la préparons pour vous chaque matin
Votre email
France Télévisions utilise votre adresse email afin de vous adresser des newsletters. Pour exercer vos droits, contactez-nous. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada.Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada. (DAVID BECKER / AFP)
Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

Emmanuelle Daviet : Quelle est la ligne éditoriale de franceinfo pour publier une tribune ?

Matthieu Mondoloni : Il s’agit de savoir si une tribune est pertinente éditorialement. C’est-à-dire que nous, ce qui nous intéresse, c’est : est-ce qu’elle participe à un débat qui est dans l’air du temps, et auquel nous-mêmes nous consacrons un certain nombre de sujets. Cette tribune est un éclairage, elle ne reflète évidemment jamais la position de franceinfo, puisque nous sommes dans une position de neutralité habituelle, fidèles à la ligne éditoriale de notre chaîne. Mais c’est vraiment la pertinence éditoriale de cette tribune qui va retenir notre attention.

C’est le cas effectivement de cette tribune co-signée par 120 personnes, 120 organismes, sur Amazon. On a choisi de la publier parce que je le répète, elle nous semblait dans l’air du temps, dans un débat qui est en train de monter. On voit encore que, dans les jours qui ont suivi la publication de cette tribune, cela a fait débat, ça a fait réagir Amazon, mais aussi les autres grands distributeurs, la grande distribution de façon générale, mais aussi les petits commerçants. C’est la ligne qui nous conduit à publier, ou non, une tribune. On n’en fait pas énormément d’ailleurs, si vous regardez sur le site de franceinfo.fr, il n’y en a pas tant que ça. Mais c’est vraiment ce qui définit pour nous, la nécessité ou pas, l’acceptation ou pas de publier cette tribune, c’est le point de vue éditorial qui nous semble pertinent.

Emmanuelle Daviet : Comment s’opère la sélection ? Qui décide ? Est-ce que ce sont des signataires qui viennent vous trouver ?

Matthieu Mondoloni : Oui effectivement. Généralement, ce sont des tribunes, et là pour le coup, on en reçoit beaucoup plus qu’on en publie. Mais ce sont des signataires qui nous envoient les tribunes par mail, qui s’adressent en général à la direction de la rédaction. Pour celle d’Amazon, c’est moi qui ai eu la première version qui m’a été envoyée. Donc, on lit attentivement ce que contient le texte de cette tribune, pour savoir si cela s’insère dans une logique éditoriale qui est la nôtre, si cela va faire débat, si ça peut faire réagir. Et on regarde évidemment qui signe cette tribune ; est-ce que ce sont des gens qui représentent aujourd’hui quelque chose. On ne va pas publier une tribune qui est signée par cinq personnes, dont personne n’a jamais entendu parler.

Mais là en l’occurrence, ce qui nous semblait intéressant, au-delà des signataires habituels de ce genre de tribune anti-amazon, c’est que c’était plus largement relayé par des libraires, par des petits commerçants, qui eux aussi, avaient apposé la signature en-dessous de cette tribune. On s’est dit que là, effectivement, il y avait une logique éditoriale à la publier, à la mettre en avant. Mais on a aussi publié des tribunes en faveur de l’apprentissage des jeunes, on a publié des tribunes du syndicat de la magistrature, dans le débat qui était celui qui l’opposait à Eric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux. On a publié une tribune sur l’Union des Gauches, les partis de gauche qui appelaient à se fédérer pour la prochaine élection présidentielle.

Ce ne sont pas pour nous des choix partisans. Ce sont évidemment des tribunes partisanes, c’est une évidence, mais c’est pour cela qu’on appelle ça “tribune”. On n’ouvre pas l’antenne, on n’ouvre pas le site internet à n’importe qui, uniquement à des gens qui ont quelque chose à dire, pour, derrière, pouvoir faire réagir les adversaires, les opposants. On se sert de cette tribune pour susciter le débat.

Vous avez indiqué que vous recevez plus de tribunes que vous n’en publiez. Alors précisément, quel type de tribune refusez-vous de publier, hormis celles qui sont signées par des personnes inconnues ?

Des tribunes qui franchissent, ce que je vais appeler moi, “la ligne rouge éditoriale de franceinfo”. Il y a des propos que nous ne relayons pas, que ce soit dans les reportages que nous réalisons, dans les invités que nous avons en studio, des propos qui peuvent être discriminants, propos racistes évidemment, xénophobes etc. Nous ne les retenons pas, nous expliquons aux personnes qui nous les envoient pourquoi elles ne seront pas retenues. Mais je le répète encore une fois, on en publie très, très peu finalement sur le site de franceinfo. Je faisais tout à l’heure le catalogue, dans les derniers mois, on a dû en publier cinq ou six, et même sur l’année écoulée.

Christina Goh – Nectar! (Ut Fortis Cast Recording)

CD Digital & Vinyl Collector


La musique du spectacle Ut Fortis de Christina Goh. Une série de tableaux sonores, une sélection de titres surprenants et l’essence d’une victoire intérieure rarement mise en lumière. Entre la Touraine et la Côte Est américaine, de la chanson de travail à la poésie des symboles, les invités de référence et la voix unique de Goh témoignent de ce qui n’a pas l’habitude d’être chanté et donné. C’est Nectar ! (Ut Fortis Cast Recording).

La poésie implique de Christina Goh est un message intime qui se délivre a chacun de ses albums. Son dernier opus « Nectar » est en connexion avec la prévention contre le suicide. Un acte définitif qui hôte la vie a des populations jeunes ou confrontées a des problèmes d’un société qui les rejette.

En parler est déjà un acte de courage, le chanter est un vœu pieux que ne peuvent supporter et surmonter les grandes voix. Je crois que définitivement Christina Goh est une de ces grandes voix. A l’image des âmes volontaires qui grandissent la société et rendent supportables des quotidiens fragiles. Aux armes de ces volontaires qui n’ont que foie et certitudes pour avancer avec leurs semblables.

Christina Goh vous nous ravissez encore une fois.

Hellen Page

Tracklist

1 Illusion d’une lumière     

feat. Noah Preminger
2 Down to the River He Gone
feat. Jacques Moury Beauchamp
3 Swing Low Sweet Chariot
Inspired by Wallace Willis, feat. Jacques Moury Beauchamp
4 Quand ai-je arrêté de respirer ?      
feat. Gotham Djembé, Maxime Perrin
5 Ut Fortis
feat. David Perraudin
6 La Fleur
feat. Catherine Capozzi       
7 Love Song
Inspired by James Russell Lowell, feat. Mary Bichner
8 Fleur d’eau
Inspired by Marcelline Desbordes-Valmore, feat. Les Passeurs de Légendes, Catherine Capozzi, Maxime Perrin
9 Ce n’est plus moi que j’abandonne          
10 Finale
feat. Mary Bichner

Nectar! (Ut Fortis Cast Recording) – UT FORTIS show https://utfortis.christinagoh.com/le-spectacle-solidaire
* UT FORTIS (latin) : “Si courageux” / “so brave”

Christina Goh official website www.christinagoh.com