Chaos chez YouTube

La plateforme vidéo a défrayé la chronique cette semaine.

Accuse d’etre “une porte ouverte” aux pedophiles ou encore d’encourager le harcelement homophoble.

YouTube a repondu tant bien que mal en interdisant finalement aux mineurs le livre streaming s’ils ne sont pas accompagnes et en demonetisant une chaine en raison “d’actes continuels flagrants”. YouTube a egalement renforce ses regles d’utilisation et interdira desormais totalement les videos negationnistes ou faisant l’apologie du nazisme. Mais le nettoyage est loin d’etre parfaits. Des pistes pour que regulateurs et medias sociaux trouvent une solutions.

GAFA – En mars dernier, la sénatrice démocrate Elizabeth Warren proposait de demanterler les GAFA car « ils réduisent la concurrence et sapent la démocratie ».  La jsutice americaine et a la FTC se penchent desomais sur le sujet et preparent une gigantesques enquete dans le cadre de la loi antitrust. Inquiet, le marché a pénalisé les géants de la tech provoquant une chute du cours de leurs action en bourse.  Face à cette guerre annoncée, les Gafa ont recrute une armee de lobbyiste pour preparer leur defense.

APPLE – Lors de sa conférence mondiale des développeurs,  Apple a annonce la mise en place de “Sign in with Apple” permettant de se connecter aux sites et application tiers avec son login Apple. Apple souhait l’imposer si les login Facebook et Googles sont egalement proposes.   Ont également été annoncé à cette occasion la fin d’Itunes, la sortie du nouveau Mac Pro ou encore l’arrivee du mode nuit sur Ios 13.

 

Maximilien Mathevon – Album “Moonlight Navigator” Space tempo…

Maximilien MATHEVON – Album “Monlight Navigator”

Space Tempo

Label Plaza Mayor Company Ltd

The Orchard

CD Digital & Vinyl Collector Limited Edition

Les mondes de George Orwell se mettent en place : Intelligence Artificielle, espionite aigue, technologie pas toujours au service de l’humain mais plus au service de ceux qui les gouvernent. Alors une musique synthétique, répétitive, un dark work à l’œuvre et les partitions les plus folles, les plus pertinentes sont permises. Maximilien Mathevon a de l’imagination à revendre, un regard passionne et transcendants de ces mondes émergeants. Les lignes mélodiques s’entrechoquent, se compliquent et s’appliquent a des sons métalliques. Maximilien Mathevon a imaginé son Moonlight Navigator comme un réveil dans la nuit, de ces nuits blanches ou les compositions sont plus épurées, de ces réflexions nocturnes qui conduisent sur d’autres pistes. Son Moonlight Navigator se laisse conduire comme une berline cabossée, comme un vaisseau spatial. Les spationautes ne sont rien d’autres que les communs un peu mortels, un peu magnifies et on y surprend de ces vagues d’amour que l’on croyait disparus.

Merci Maximilien Mathevon pour votre voyage vers et au-delà…

Helen Page

MOONLIGHT NAVIGATOR

Side A

  1. Moonlight Navigator 3’56
  2. Among the Stars 5’28
  3. Follow the North Star 5’40
  4. Andromeda 3’34
  5. Milky Way 3’45

Side B

  1. Watch the Sky 4’18
  2. Lost in Dreams 5’12
  3. Shooting Star 3’46
  4. Celestial 10’38

SERGVI219 – MAXIMILIEN MATHEVON – Moonlight Navigator

Since 2002, Maximilien Mathevon has composed the original soundtrack of numerous documentaries for French TV channels (CANAL+, ARTE, M6, France Televisions….).

https://itunes.apple.com/us/album/moonlight-navigator/1449645080

In 2002 and 2003 he created new musical accompaniments for 12 famous silent movies as they were reissued in France on DVD (“20000 leagues under the seas”, “Outside the law”, ” Way down east”….).

Maximilien has also composed several Electronic / New Age albums, blending ethnic sonorities, classical and electro styles.

 

CD Digital & Vinyl Collector

https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dpopular&field-keywords=mathevon+moonlight+navigator

Netflix scruté par Médiamétrie

A partir de son dernier baromètre SVoD paru en octobre dernier, Médiamétrie vient de procéder à un focus sur Netflix. Alors que 30% des internautes ont utilisé un service de vidéos payantes par abonnement au cours des 12 derniers mois, soit +10 points vs décembre 2017, Netflix enregistre sur la période mars-mai l’arrivée de 3 millions de visiteurs uniques supplémentaires sur Internet (ordinateur-mobile-tablette), pour arriver à 9 millions en mai 2018…

Dans ce contexte, les 15-24 ans font partie des segments de population les plus convertis, représentant 24% de l’audience 3 écrans de Netflix en septembre 2018 et jusqu’à 28% du temps passé sur le service, « alors qu’ils ne constituent que 12% de la population française », pointe Médiamétrie. Côté profils, l’utilisateur de Netflix a tendance à surconsommer les contenus audio et vidéo : plus que la moyenne, ils achètent des films et séries en VOD, adorent la catch-up TV sur Internet et les jeux vidéo ; ils fréquentent assidûment les salles de cinéma, sont très actifs sur les réseaux sociaux, possèdent un abonnement pour écouter leur musique et commandent régulièrement des plats livrés à domicile, relève l’étude

De même, par tranches horaires, le pic d’audience se situe entre 20 et 22h avec, en semaine, 39,3% des visiteurs quotidiens qui se connectent sur la période contre 37,7% le week-end. A noter que la consommation mobile de Netflix, chez les 15-34 ans, se répartit davantage tout au long de la journée : en semaine, seulement 24,8 % des visiteurs quotidiens se connectent au cours du pic de 20h à 22h. Mais pour quels programmes ? Pour y répondre, Médiamétrie produira désormais chaque mois, à partir de sa mesure de référence Internet Global, le palmarès des contenus les plus vus sur Netflix. Pour septembre 2018, le podium des audiences sur ordinateur correspond essentiellement à la mise en ligne récente des nouvelles saisons de séries produites par Netflix : « Orange is The New Black » ou « Les Demoiselles du Téléphone ». Les nouveautés Netflix, comme « Maniac », « The Innocents » et « Sierra Burgess Is a Loser », recueillent également une audience « conséquente », selon Médiamétrie. Au global, les exclusivités Netflix occupent la moitié du top 10 des audiences.

https://www.amazon.fr/Awe-Scimia/dp/B079J99XGN/ref=sr_1_1?s=music&ie=UTF8&qid=1543748872&sr=1-1&keywords=scimia

Les 5 priorités de l’info à la BBC

Il n’y a pas que les tweets incendiaires de Donald Trump ou, en France, les propos insultants de certains politiciens : c’est bien la confiance des publics dans les journalistes professionnels et les médias traditionnels qui s’érode gravement. Le constat est connu : le fossé s’élargit, et il faut trouver les moyens d’en comprendre les raisons et de le combler. Mais comment ? se sont demandés il y a quelques jours plus de 600 journalistes venus à Edimbourg pour l’édition 2018 de NewsXchange.

BBC News : “nous n’avons rien à vendre mais un service à rendre”

Dans un monde interconnecté et compliqué, plus agressif aussi, le rôle du journalisme de service public est majeur, plus important que jamais, a-t-il rappelé. « Nous n’avons rien à vendre mais un service à rendre » dit Tony Hall, qui propose une façon de faire de l’info plus horizontale : « it’s not broadcast to anymore but broadcast with ». Pour le broadcaster britannique public, la feuille de route dressée par Tony Hall –ancien directeur de BBC News- tient en 5 points :

  • Traquer les « fake news » ou plutôt la désinformation, insiste Tony Hall qui souhaite nommer les choses : « nous devons être capables de dire ce qui est vrai ou non dans le flux des infos. »
  • Expliquer : l’explication des faits est une notion-clé. Pourquoi cela est-il advenu ? Quel est le contexte ? « Expliquer l’info est aussi important que donner l’info ».
  • Analyser, notamment grâce aux données (datas). Puis, mettre les données à disposition du public grâce aux data-journalistes et aux moyens de les mettre en images, de les rendre accessibles.
  • Spécialiser: seule la spécialisation des journalistes leur permet de maîtriser leurs sujets, d’en comprendre les tenants et les aboutissants, et ainsi d’apporter une valeur-ajoutée à l’info.
  • Attirer, pour être proches des publics. Le DG de la BBC insiste sur le renouvellement des rédactions, sur les profils souvent trop identiques des journalistes : « nous devons avoir dans nos rédactions les meilleurs talents de toutes origines. Notre organisation doit ressembler à notre public ! »

Back to basics !

L’ancien journaliste Tony Hall affirme ainsi l’utilité de, sans cesse, revenir aux sources du métier.

Et le président de CBS News, également présent au NewsXchange 2018, n’a pas dit autre chose : « arrêtons, dit-il par exemple aux journalistes américains, de suivre les polémiques lancées par le président Trump. Quand il met en scène lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche une algarade avec le correspondant de CNN Jim Acosta, puis lui fait retirer son accréditation, il fait cela pour plaire à son public, à ses électeurs qui détestent les journalistes. En rajouter signifie rentrer dans son jeu. »

Le représentant de CNN acquiesce. Les journalistes doivent rester neutres et impartiaux lancent d’une même voix CBS et CNN. Restons pros ! car en ces temps de polarisation des débats, avec les désintermédiations de type Twitter qui permettent à chacun de s’exprimer sans filtre et sans médiateur, et ainsi de donner un avis mais pas une information, le public a plus besoin que jamais de journalisme professionnel.

Quant à se rapprocher de son public en lui ressemblant, deuxième point majeur pour le DG de la BBC Tony Hall, les médias du monde entier ont ce même souci. Et les expériences sont très diverses.

Fossé de génération

Concurrent de la BBC en Grande-Gretagne, Sky News a compris comme d’autres qu’ils avaient un problème de fossé de génération : le public jeune ne se retrouve pas dans les informations diffusées par le groupe privé. Pour tenter d’y remédier, Sky a choisi de former lui-même des apprentis-journalistes sans diplômes ni expériences, mais issus des quartiers populaires. La jeune Kumba Kpakima, apprentie à Sky news, est venue au NewsXchange expliquer, images à l’appui,  comment elle a réussi à faire un reportage à Brixton –son quartier d’origine- avec des dealers.

« Sky n’en revenait pas, dit-elle en substance, mais moi, je les connais ! » Cette démarche « communautaire », très anglo-saxonne, n’est sans doute pas dupliquable partout.

La YLE (télévision publique finlandaise) a détecté le même désintérêt du public jeune, et mène une expérience éditoriale proche de ce que Radio Canada a fait avec RAD. Elle a lancé une offre numérique pour les jeunes appelée KIOSKI et réalisée uniquement par les jeunes journalistes qui disposent d’un espace à part de la rédaction classique.  En fait, tout le monde essaie de s’adapter, même les « nouveaux médias ». Instagram, à l’écoute de son milliard d’abonnés, a lancé il y a 4 mois Instagram TV qui veut présenter des vidéos plus longues et plus didactiques.

Vieux broadcasters  ou médias numériques, chacun remet donc au goût du jour la vieille formule journalistique « écrire pour son public ». La grande télévision japonaise NHKaussi. Mais elle essaie, elle, de combler un fossé générationnel assez différent des autres. Le problème japonais est celui du vieillissement de sa population. Les plus âgés, qui par ailleurs habitent majoritairement à l’extérieur des centres urbains, ne se retrouvent pas toujours dans les informations ou les programmes habituels.

La NHK a donc créé une équipe de journalistes pour s’adresser spécifiquement aux séniors et produire des sujets proches de leurs préoccupations…

Les formats traditionnels d’information réinventés sur Twitter, la communauté en plus

Journalistes et producteurs s’inspirent des formats journalistiques traditionnels pour créer de nouveaux formats sur Twitter. L’objectif : sortir l’internaute de la torpeur du snacking pour l’inciter à prendre le temps de s’informer en profondeur. Un usage contre-intuitif de la plateforme qui revalorise l’échange de qualité. Décryptage.

 L’Analyse via le #thread

Utilisé en mai 2014 par le cofondateur de Netscape Marc Andreessen, le thread (ancien « tweetstorm ») est un enchainement de tweets successifs qui, pris dans leur ensemble, développent une idée.

L’ingénieur, souhaitant s’affranchir de la limite de caractère imposée par la plateforme, a d’abord utilisé les balises html <THREAD> >/THREAD>. En décembre 2017, le thread est devenu une fonctionnalité officielle de Twitter permettant à chaque utilisateur de publier en une seul fois un fil de tweets.

Identifiable en un instant, le thread suscite la furieuse envie de dérouler pour poursuivre la lecture. Il s’impose vite comme le format idéal pour traiter des sujets qui nécessitent un temps long : l’affirmation d’une pensée politique, l’analyse d’un document vidéo ou le décryptage d’une situation géopolitique. Subtile mélange entre précision et art du storystelling, le thread associe l’urgence et le point de vue. Il séduit d’abord les esprits politiques. Pour la journaliste américaine de Politico Virginia Hefferman, le thread a l’avantage de donner au lecteur la satisfaction d’un long-format de magazine tout en pouvant être lu rapidement.

Les thread ne sont pas seulement factuels. Ils suscitent un débat. L’internaute a l’impression d’avoir eu un nouvel éclairage sur un sujet via un expert ou un provocateur.

L’épique thread d’Eric Garland en décembre 2016 présente la “théorie du jeu”. En 127 tweets, l’analyste politique développe sa théorie en abordant des sujets aussi variés que le KGB, Wikileaks, la guerre en Irak, les Médias conservateurs et les relations de Barack Obama avec la Russie.

Le thread permet également à des insiders d’affirmer un point de vue. C’est le cas de l’agent du FBI Asha Rangappa qui s’inquiète en décembre 2017 du possible départ du procureur général adjoint des Etats-Unis Rod Rosenstein.

Cet enchaînement de tweets offre l’espace nécessaire pour analyser des vidéos virales. Le thread de la BBC sur les exactions de l’armée dans le Nord du Cameroun permet d’authentifier la vidéo virale et de dénoncer la position du gouvernement qui la qualifiait de fakes news, à l’aide de formats aussi variés que pédagogique (infographie, podcast, videos, photos…), faisant de ce fil un reportage à part entière. 

Si le thread réintroduit le temps long nécessaire à l’analyse, il continue de bénéficier des avantages de la plateforme : la spontanéité. Les internautes réagissent à chaud : ils remercient, partagent et expriment leur point de vue.

Le thread de Jules Grandin, journaliste aux Echos, analysant les problèmes frontaliers entre le Soudan et l’Égypte, obtient ainsi plus de 1000 likes et 700 retweets.

Le rendez-vous d’information 

Créé en mars 2015 par la journaliste française Emmanuelle Leneuf pour remédier à l’infobésité, le flashtweet propose chaque matin dix tweets sur la transformation numérique.

« Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup d’infos sur Twitter et que si on les détectait rapidement on pouvait avoir un temps d’avance sur les autres médias » affirme la journaliste.

Le format fait penser à une matinale : des informations sélectionnées, hiérarchisées et éditorialisées publiées chaque matin à 7h30.

Le flashtweet est construit comme un vrai journal : les informations “chaudes” sont présentées en ouverture renvoyant les sujets d’analyse à la fin. Organisé autour de rubriques régulières (Tech, Start-up, Réseaux Sociaux, Blockchain, Infographie, Marketing, TransfoNum, Intelligence Artificielle), le flashtweet fournit l’essentiel de l’actualité aux professionnels du digital.

« Je fais en sorte que l’information soit présente dans le tweet lui-même afin que l’internaute n’ait pas à se rendre sur le site source » explique Emmanuelle Leneuf.

Le flashtweet réintroduit une logique de rendez-vous d’information. Le flash est programmé, récurrent mais aussi conversationnel.

« Je veux maintenir un ton de proximité avec mes followers. Ils se connectent, disent bonjour et remercient à la fin. » raconte la journaliste qui utilise des émoticones et LOLCATs pour animer son rendez-vous matinal.

Un pari réussi. Dès le début les internautes se sont mobilisés pour jouer le rôle d’éclaireurs et d’ambassadeurs de ce nouveau format. Chaque flashtweet est retweeté entre 20 et 100 fois. Le succès du format est dû à la qualité de sa communauté qui comprend des chief digital officers, des directeurs d’entreprise, de journalistes et des experts. « Certains professionnels sont plus experts que moi, ils réagissent à chaud et enrichissent l’information en apportant leur propre éclairage ».

Le format répond à une demande d’information spécialisée le matin avant de se rendre au travail. Au fil du temps, la communauté de professionnels du digital s’est consolidée grâce à un flash info conversationnel accordant une grande valeur à l’expertise et la spontanéité.

Le direct (vidéo ou audio) interactif

Dernière fonctionnalité proposée par Twitter, le live audio permet depuis septembre 2018 de prendre l’antenne avec un simple smartphone. Un terrain de jeu que journalistes et producteurs se sont empressés de tester.

Pierre Philippe Cormeraie (aka @PPC), “chief digital evangelist” du Groupe BPCE, a crée fin septembre un podcast interactif. Les ingrédients de ce format : un sujet envoyé dans la « conversation room » et un rendez-vous en direct sur Twitter. L’animateur prend l’antenne tous les matins sur la plateforme à 7h35 et 7h58. Plus besoin de hashtag pour commenter l’émission en direct : audio et conversation se rejoignent dans une seule interface.

Le thème est choisi la veille en totale collaboration avec les auditeurs. Les sujets traités, sur un ton proche de la libre-antenne, incluent le darkweb, l’industrie 4.0, les Fakenews, la Foodtech et l’ASMR.

Le podcast interactif permet une réelle interaction entre la « conversation room » et l’animateur. Les auditeurs-internautes font bien plus qu’enrichir le débat. En intervenant massivement en live, ils co-construisent l’émission.

Un format qui plait puisque le podcast de #PPC cumule 20 000 écoutes un mois après son lancement. Il est disponible en réécoute sur Twitter mais également sur iTunes, Google play et Spotify.

Plus facile à produire que le live vidéo, le podcast interactif est idéal pour couvrir des événements, faire des interviews ou même créer un talk-show improvisé avec des spécialistes. Le journaliste Damien Douani profite ainsi du MIPCOM à Cannes pour créer un plateau d’experts sur les série TV en invitant Romain Nigita et Alain Caraset à répondre en live aux questions des internautes.

Analyse, Flash info, live interactif, Twitter se renouvelle via l’inventivité et le savoir-faire de ses utilisateurs. On retrouve ce qui a fait le succès de la plateforme dès 2006 : l’échange. Désormais c’est la qualité de la communauté qui permet d’enrichir le format initial. Un mariage prometteur rendu possible par des moyens de production de plus en plus léger et une plus grande maturité des usages.

B.O.A.M – EP « Tuile de chevreuil »

Dans un monde ou l’intelligence artificielle s’amène et s’immisce, les mélodies évolutives et non dépourvue de sens et d’intérêt se profilent comme de nouvelles étoiles dans une voie lactée inconnue mais tellement inspirante.

B.O.A.M dans son inspiration chevaleresque crée un nouveau romantisme : chevreuils de chasse à courre, chevreuils sauvage et écologique… Les aventures se déroulant dans un château peu médiéval mais plutôt chasse au trésor électrique. Les sons tantôts fondus, tantôts énergisants entre synthétiseurs façons Woodstock et les coups d’archers d’un violoncelliste.

Il s’agit bien de nouveau romantiques, de ceux qui passent par les jeux vidéo pour scénariser une nouvelle éthique de vie. Et pourquoi pas…. Plutôt que des conservatismes vieillissants, pourquoi pas s’inventer un esprit rude et inspirant, un fair-play made in électro, un art Streets, un art distrayant comme une peinture murale qui va bien a nos villes et nos vies.

B.O.A.M crée la surprise avec un titre poétiquement extravagant : Tuile de Chevreuil.

Je prends le pari de ce nouveau romantisme.

Hellen Page

B.O.A.M – Ep « Tuile de chevreuil »

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard

BOAM est le résultat d’une collaboration hors du commun entre deux musiciens électroniques et un violoncelliste du conservatoire.

Cette surprenante union donne lieu à la rencontre de deux univers très différents : des rhythmiques puissantes et entrainantes se mêlent à des atmosphères planantes, le tout sublimé par un violoncelle dont le répertoire est savamment maitrisé.

Ce mélange aux allures oniriques, maîtrisé et équilibré à la perfection, tend à casser les clichés du genre actuel et à l’ouvrir vers de nouveaux horizons, nous plongeant en immersion dans un univers artistique original, riche et complexe.

BOAM is the result of an unusual collaboration between two electronic musicians and a cellist of the conservatory.

This surprising union gives rise to the meeting of two very different worlds: powerful rhytmic’s and catchy mingle with planning atmospheres, all sublimated by a cello whose repertoire is skillfully mastered.

This dream-like mix, mastered and balanced to perfection, tends to break the clichés of the current genre and open it to new horizons, plunging us into immersion in an original, rich and complex artistic universe.

https://itunes.apple.com/hk/album/tuile-de-chevreuil-ep/1436115543?l=en

Twitter, l’histoire d’un retour gagnant

En 2016, Twitter enregistrait une croissance nulle côté utilisateurs et de 1% seulement pour ses revenus, avec un déficit de 167 millions de dollars. Nombreux étaient les médias qui prédisaient sa mort. Deux ans plus tard, la plateforme a repris du poil de la bête : selon Adweek, Twitter fait partie des 10 marques qui ont réussi leur retour, au même titre qu’Apple ou Levi’s.
Comment l’oiseau bleu renaît-il de ses cendres ? Prises de risque et confiance retrouvée font partie des explications données par Laurent Buanec, directeur général adjoint de Twitter France, qui s’est exprimé hier, lors de la première journée du HUBFORUM à Paris.

Les changements qui ont ramené Twitter au sommet

« Derrière chaque petit changement, se cachent de grandes décisions (… ) Cela passe notamment par la rationalisation des projets, par plus de transparence et surtout par plus d’écoute des feedbacks utilisateurs », a expliqué Laurent Buanec.

Car l’objectif principal affiché de Twitter est d’être à l’écoute de ses utilisateurs pour obtenir leur confiance et les fidéliser. Laurent Buanec a rappelé à son auditoire qu’il était nécessaire « d’améliorer la sérénité de la conversation publique pour renforcer la confiance ». C’est dans cette optique que la plateforme est passé du “favori” au “like”.

« Ca peut paraître rien comme ça, c’est juste un changement de signe, mais en une semaine on a eu +6% d’activités ».

Parmi les autres changements, on se souviendra aussi de l’amélioration de l’expérience vidéo, du live, de la multiplication des sponsorships mais surtout du passage de 140 à 280 caractères, une réelle prise de risque pour la plateforme.

Autre décision importante : le passage en catégorie “news” sur les magasins d’applications. En abandonnant la catégorie “réseau social”, Twitter s’est hissé à la première place de sa catégorie.

Enfin, la plateforme a également fait de la sécurité de ses utilisateurs un enjeu primordial. Des milliers de comptes suspicieux ou inactifs ont ainsi été supprimés.

Les résultats des multiples mises à jour de Twitter ne se sont pas fait attendre. Depuis 7 trimestres d’affilée, la croissance est à 2 chiffres : 24% pour les revenus, avec un résultat net de 100 millions de dollars.

Twitter est longtemps resté numéro 1 des applications dans l’App Store ces derniers mois. Ce qui fait de l’application un outil indispensable pour les marques.

61% des twittos français privilégient les marques dont ils partagent les valeurs, contre 44% chez les internautes. Conséquences, 77% des clients vont davantage acheter des produits de leur marque favorite si elles ont un compte actif sur Twitter. La promotion des marques permet donc de produire du business. Parmi les bons élèves, Nike qui a mis ses sportifs en avant, Carrefour qui est très présent sur le réseau social en France et Danone qui a milité pour l’environnement.

Twitter est la preuve que rien n’est impossible, rien n’est joué d’avance sur le web, à condition d’être à l’écoute de ses utilisateurs et de prendre des risques.

DJ Thor Cd Digital Cd Physical Vinyl on Amazon

le top management des TV fragilisé

  • Crise du top management dans les TV…

La patronne de la TV publique australienne a été remerciée et dans la foulée, le président de l’Australian Broadcasting Corp a démissionné. Aux Etats-Unis, le top management de NBC, Disney/ABC, Fox, CBS et Univision est fragilisé par de nombreux départs. En Europe, la RAI italienne est pilotée désormais par un eurosceptique.

  • …et chez Facebook : 

Les co-fondateurs d’Instagram Kevin Systrom et Mike Krieger quittent Facebook. Les raisons de ce départ sont encore floues mais plusieurs sources affirment qu’il y avait des tensions avec Mark Zuckerberg à cause du contrôle persistant de Facebook sur la plateforme. Le NYTime le confirme. Adam Mosseri, responsable des produits d’Instagram, devrait prendre la suite. Certains demandent même que les deux entités soient séparées. Ces départs arrivent 10 mois après celui de Brian Acton, co-fondateur de WhatsApp, qui a lancé en mars dernier un tweet avec la mention #deletefacebook. Pendant ce temps, Facebook avoue que 50 millions de comptes d’utilisateurs ont été piratés ! Pire : le piratage concerne aussi les sites connectés via Facebook. Les 3 choses à faire

On notera aussi quelques grosses transactions financières :

  • Sky racheté par Comcastle câblo-opérateur l’emporte sur Disney en déboursant 39 milliards de dollars. Avec 23 millions de foyers concernés répartis dans 6 pays européens, cela lui permet de rester dans la course contre Netflix. Sans surprise, Disney et Fox revendent leurs parts.
  • Apple s’offre Shazam pour 400 millions de dollars et annonce la fin de la pub sur la plateforme de streaming.
  • Pandora racheté par le groupe de radio SiriusXM pour 3 milliards de dollars
  • Facebook et Amazon font des dons de 1 million de dollars. Facebook, aux créateurs de Wanted Community, la première communauté d’entraide sur la plateforme de Zuckerberg en France avec plus de 850.000 membres. Et Amazon à Wikipédia, qui lui est très utile pour alimenter Alexa notamment.

3 CHIFFRES

  • 40 millions $ –  c’est ce que Microsoft dit vouloir investir pour mettre l’intelligence artificielle au service des cause humanitaires
  • 9 milliards $ – c’est ce que paie Google à Apple pour rester son moteur de recherche par défaut.
  • 75% – c’est ce que streaming pèse dans les revenus de l’industrie musicale

DIGNE DE VOTRE TEMPS

  • GAFA : « Il faut prendre la Bastille numérique »: “l’intérêt des utilisateurs n’est plus aligné sur celui des plates-formes”
  • “Avec l’IA, nous sommes en train de réinventer la condition humaine”

DISRUPTION, DISLOCATION, MONDIALISATION

  • Apple, la firme la plus riche du monde, donne tout aux médias, sauf de l’argent
  • Vox Media a du mal avec la pub
  • Si vous pensez que Fortnite n’est qu’un jeu vidéo, vous vous trompez
  • Comment les médias ont légitimé l’extrémisme
  • Eric Schmidt prédit un Internet scindé en deux entre la Chine et les Etats-Unis

USAGES ET COMPORTEMENTS

  • La SVoD affole la planète audiovisuelle
  • 13 millions de vues en 2 jours pour le saut de Will Smith
  • Toot Sweet, l’application qui “aide à provoquer l’imprévu”
  • Pour apprendre, les jeunes préfèrent YouTube aux manuels scolaires

SURVEILLANCE, CONFIANCE, DONNEES PERSONNELLES

  • Un ancien chercheur de Google en #IA exhorte le Congrès US à mieux surveiller la firme
  • Facebook livre aussi aux annonceurs le numéro de téléphone que vous avez donné pour vous identifiez !
  • Instagram a un problème avec la drogue
  • Militarisation de l’espace : SpaceX accepterait de mettre des armes spatiales en orbite
  • Pourquoi j’en ai fini avec Chrome
  • La Chine vient de fermer 4.000 sites web

LEGISLATION, REGLEMENTATION

  • Les journaux britanniques demandent une taxe Google/Facebook pour financer le journalisme
  • RGPD : quel premier bilan 4 mois après son entrée en application ?

RÉSEAUX SOCIAUX

  • PBS, la TV publique US annonce une enquête sur Facebook
  • YouTube propose le picture in picture
  • Snapchat favorise l’inscription des électeurs à l’intérieur de son application
  • Du réseau de l’élite aux scandales en série : brève histoire de Facebook
  • Snapchat : du scan de produits à acheter directement sur Amazon
  • Instagram :partage, gifs, publication par régions et hashtags cachés
  • Instagram : les notifications arrivent sur le web et Instagram Lite
  • Que font les utilisateurs de Facebook lorsque la plateforme tombe ? Ils vont sur des sites d’info

PLATEFORMES VIDEOS, OTT, SVOD

  • Netflix domine les autres géants dans les contenus originaux et va rouvrir un bureau à Paris
  • Netflix propose une nouvelle interface pour les contenus Marvel
  • Dans les futures séries Apple : pas de sexe, ni de violence, ni de drogue, ni de religion
  • IGTV aurait mis en avant des vidéos montrant des abus envers des enfants

STORYTELLING, NOUVEAUX FORMATS

  • De l’importance des sous titres dans l’info 24/7
  • Pourquoi et comment Lavenir.net a lancé un newsgame pour les élections communales
  • « Écouter son ADN », l’étrange idée de Spotify
  • Un numéro spécial du NYT Magazine…sans mot ! A écouter en podcast.
  • Les stories Google

https://itunes.apple.com/hk/album/lounge-confluence/1423139184?l=en